En Norvège, on déplace la neige des montagnes pour pouvoir skier en plein centre-ville (photos)

Les Norvégiens naissent, dit-on, des skis aux pieds. Rareté de la neige et Covid contrarient pourtant leur passion cette année, poussant les autorités à chercher une parade et à aménager des pistes dans les parcs en plein cœur d’Oslo.

Depuis quelques semaines, une poignée de camions bennes déversent dans les espaces toujours désespérément verts de la capitale des centaines de mètres cubes d’or blanc, produit sur les hauteurs de la ville par l’alchimie de canons à neige.

Dûment damés et creusés de sillons, les blocs de neige se muent en terrain de jeu pour les amateurs de glisse – ski de fond, snowboard, luge – de tous âges.

«  Depuis trois mois à Oslo, on a des mesures sanitaires (anti-Covid) très sévères, mais on peut encore sortir », explique le conseiller municipal Omar Samy Gamal. «  Comme l’hiver ne nous a pas apporté beaucoup de neige, on fait en sorte d’en apporter aux gens. On leur amène un petit peu de ‘mark’ près de chez eux », dit-il.

Omar Samy Gamal, conseiller municipal à Oslo.
Omar Samy Gamal, conseiller municipal à Oslo. - AFP

Le «  marka » ? Ce sont ces collines boisées qui surplombent la ville et où les habitants convergent pour s’oxygéner à pied ou à ski après le travail ou le week-end.

Éviter les gros regroupements sur les collines

La chute des premiers flocons au début de l’année y a donné lieu à une ruée chaotique avec de longues files d’automobilistes et, plus grave en ces temps de pandémie, des trains bondés.

«  On ne veut pas que les gens s’agglutinent. On veut qu’ils restent à distance les uns des autres, et la meilleure façon de s’en assurer, c’est de tirer parti des espaces publics locaux », fait valoir le conseiller municipal.

Quatre parcs d’Oslo – y compris celui du Palais royal – ont donc été ou vont être partiellement recouverts de neige artificielle au profit des skieurs.

Selon l’Institut météorologique national, Oslo a, au cours des 30 dernières années, perdu 21 journées hivernales, à savoir des journées où la température tombe sous 0ºC. Et la ville pourrait en perdre 26 autres d’ici 2050.

Dans cette course contre la montre avec le thermomètre, est-ce bien raisonnable de déplacer des tonnes de neige en camions ? Ces derniers roulent au biodiesel avec des huiles végétales hydrotraitées, rassure la municipalité.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • SamTouzani_15

    Sam Touzani: «Je cherche un passeport pour la liberté»

    Dans un petit essai pétri d’humour et d’intelligence, le comédien Sam Touzani dialogue sur l’identité, en toute indépendance.

  • Spallanzani doutait fort que la vie pût surgir spontanément, comme cela était généralement admis à son époque.

    Chasseurs de microbes (5)

    Du XVIIe siècle à Louis Pasteur, Paul De Kruif raconte dans un livre passionnant l’existence hors normes et les découvertes magnifiques de grands savants, pionniers de la science et bienfaiteurs de l’humanité.

  • Bruno Mars

    30 ans de musique en images : 2010

    Pour les 30 ans de Bel RTL, Serge Jonckers anime tous les dimanches «30 ans de musique», une émission spéciale en partenariat avec «Soir mag».