Voici enfin pourquoi les Daft Punk se sont séparés

belgaimage-173632806-full
BelgaImage

Depuis le 22 février dernier, c’en est fini de Daft Punk. Mais lorsque les deux ultra-populaires DJ ont annoncé leur séparation, aucune explication n’a été donnée. Pour savoir ce qu’il en est réellement, Society s’est penché sur le sujet et a interviewé plusieurs de leurs proches. Il s’avère ainsi qu’en réalité, la fin du groupe est le fruit d’une très longue réflexion.

La fin d’une époque

Les premiers signes de faiblesse du duo datent de 2013, lorsqu’ils sortent leur dernier album. « Les Daft disaient que l’industrie était malade de la technologie. Pour eux, cet album était un antidote », confie un ancien du label Columbia, en référence au retour aux sources du disco et du funk dont ils sont fans. Et si l’album fait un carton, cela ne les rassure pas vraiment, notamment lorsqu’ils remportent quatre Grammy Awards. « Ils se posaient déjà des questions après les Grammy Awards : ‘Est-ce que l’on peut faire mieux que ça ? Est-ce que l’on ne devrait pas plutôt s’arrêter là ?’ », explique DJ Falcon.

Désormais, l’envie n’y est plus. Ils refusent des offres, les sessions studios aboutissent sur un échec, une tournée ne se fait finalement pas. « Peut-être parce que l’un d’eux ne va pas bien. Guy-Manuel de Honem-Christo broie du noir dit-on, tout juste sorti de son divorce et fêlé de l’intérieur par une dépression », précise Society. En 2018, c’est le naufrage. Thomas Bangalter abandonne son rôle de cogérant de Daft Music et la fin de Daft Arts est actée. Puis pour leur ex-collaborateur Antoine Ressaussière, la fin du duo en 2021 est le signe que « l’époque ne correspond plus aux Daft Punk ». « Franchement, ils ne vont pas faire un ‘Get Lucky 2’ qu’ils vont promouvoir sur Tik Tok en faisant des chorégraphies habillées en robot. Ce n’est pas sérieux […] Ils ont eu le bon goût d’arrêter avant de faire des trucs qui les dérangent. […] C’est très bien que ça s’arrête comme ça ».