Ibiza recherche des «espions» étrangers prêts à s’infiltrer dans les lockdown parties

pexels-cottonbro-3171837
Pexels

Cela fait deux semaines que le Covid-19 flambe à nouveau sur l’île d’Ibiza, destination prisée des touristes en cette période de vacances. Le taux d’incidence du virus a grimpé à 1814 cas pour 100.000 habitants, et les autorités locales ne savent plus quoi faire pour endiguer les contaminations. Les sanctions ont pourtant été augmentées, l’organisateur d’une lockdown party pouvant recevoir une amende allant jusqu’à 600.000 euros par exemple.

Mais cela ne suffit visiblement pas, et les autorités de l’île ont eu une idée un peu spéciale pour lutter contre les fêtes illégales. Comme l’explique The Guardian, elles ont décidé de faire appel à des « espions » étrangers, soit des individus inconnus des résidents locaux chargés de s’infiltrer dans les soirées interdites afin de dénoncer ensuite les organisateurs et participants.

« La police elle-même dit qu’il est difficile pour eux de s’infiltrer, car ils sont connus des habitants. Nous devons donc chercher de l’aide à l’extérieur », a expliqué Mariano Juan, un responsable local, à un média espagnol. Il déplore que ces fêtes illégales soient maintenant « un risque évident pour la santé des gens » car « il y a aussi des résidents et des travailleurs saisonniers qui se mélangent par la suite au reste de la population, et qui peuvent alors créer un problème sanitaire majeur s’il y a eu des infections ».

Avec ses collègues, il est donc à la recherche de personnes âgées de 30 à 40 ans prêtes à s’infiltrer dans ces événements, une tâche qui n’est apparemment pas aisée. D’autant plus que cette technique « d’espionnage » suscite la controverse au sein même des autorités d’Ibiza. Le Parti socialiste juge notamment cette idée « irresponsable ».