Accueil Actu Soirmag

Le zoo d’Anvers a un adorable nouveau roi lion (photos et vidéo)

Des triplés sont nés au mois de juin dans le zoo d’Anvers. Les vétérinaires ont pu confirmer le sexe des lionceaux et un futur roi lion se cache parmi eux.

Temps de lecture: 3 min

Les lionceaux ont huit semaines désormais, le temps pour eux de faire une visite chez le vétérinaire. Ainsi il a pu être vérifié que la lionne Tasa a bien mis à bas à un mâle et deux femelles. Les lionceaux ont aussi été vaccinés, pesés et pucés.

Le vétérinaire assure que « le plus bruyant des trois est incontestablement un mini Nestor (le père des lionceaux), donc un petit mâle ». L’animal se prédestine déjà à devenir la mascotte du zoo d’Anvers. Les animaux feront leurs premiers pas dans le grand enclos extérieur avec les autres lions vers la fin septembre.

Une fratrie soudée

En huit semaines, les triplés ont développé une relation forte. Le soigneur assure que les deux femelles s’entendent très bien ensemble et que le mâle a de qui tenir : « Les petites lionnes sont inséparables et se sentent fortes ensemble. Le jeune mâle sort parfois tout seul et se fait régulièrement entendre. On ne peut pas encore vraiment parler de rugissement, mais il est clairement sur la bonne voie pour suivre les traces de son père ». Les petits font déjà entre 6,5 et 7,5 kilos.

La famille s’adapte bien à ces arrivées. Le zoo assure que la lionne Tasa est une bonne mère, patiente avec ses lionceaux mais aussi avec les soigneurs. Pour le moment, elle et ses petits vivent encore à l’écart du reste du groupe. Les lionceaux ont tout de même été aperçus quelques fois par les visiteurs, notamment les jours de soleil lorsque les petits étaient curieux du grand enclos.

Lorsque les lionceaux sont séparés de leur mère pour une visite chez le vétérinaire, il n’est pas toujours assuré que la mère les accepte à leur retour. Des mesures ont été prises pour éviter ce rejet. Les soigneurs ont notamment dû camoufler les odeurs humaines en les enduisant de paille et d’excréments. Une méthode surprenante mais qui fonctionne visiblement.

Fruit d’un programme de reproduction

La reproduction des lions profite au programme d’élevage européen des lions d’Afrique occidentale et centrale. L’espèce à l’état naturelle est victime de la déforestation mais aussi du braconnage et de l’empoisonnement. Une reproduction est une étape importante et choisie avec soin. Les deux parents doivent notamment être porteurs des bons gènes pour assurer que la descendance sera capable de s’adapter à son environnement. Pour le moment, les trois lionceaux vont rester dans le zoo jusqu’à leur maturité sexuelle. Ensuite, la coordination du programme d’élevage européen (EEP) décidera du zoo dans lequel iront vivre les triplés, ensemble ou séparément, un déménagement qui n’aura pas lieu avant deux ans assure le zoo d’Anvers.

Les trois lionceaux n’ont pas encore de noms. Ils devront commencer par la lettre « W ». Le zoo d’Anvers vient de lancer une campagne sur ses réseaux sociaux pour permettre au public de voter pour les meilleures propositions.

Zoo d’Anvers
Zoo d’Anvers

Zoo d’Anvers
Zoo d’Anvers

Zoo d’Anvers
Zoo d’Anvers

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une