Michel Sarran quitte le jury de «Top Chef»

Belgaimage
Belgaimage

Depuis 2015, Michel Sarran faisait partie du jury de la célèbre émission culinaire « Top Chef », ces dernières années aux côtés de Paul Pairet, Hélène Darroze et Philippe Etchebest. Considéré comme un personnage emblématique et apprécié du programme, Michel Sarran a annoncé qu’en ce qui le concerne, l’aventure ne serait pas réitérée la saison prochaine, rapporte Konbini.

Le chef toulousain a ainsi annoncé avec nostalgie sur son compte Instagram qu’il ne ferait plus partie du jury de « Top Chef ». Un départ dont il ne semble pas être à l’origine, comme il l’a fait comprendre dans la petite vidéo postée sur le réseau social : « Je ne ferai plus partie du jury la saison prochaine, M6 ayant décidé de changer le jury, voilà. L’aventure s’arrête pour moi. Sachez une chose : vous allez vraiment me manquer, mais on se retrouvera certainement ».

D’après le Parisien, c’est le chef aux trois étoiles Glenn Viel qui devrait prendre sa place la saison prochaine. Le cuisinier français de 41 ans était déjà apparu à plusieurs reprises dans le programme en tant que chef invité. La nouvelle saison de « Top Chef » devrait être diffusée début de l’année prochaine.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?