Emmanuel Macron agressif avec un élève lors de sa visite à Marseille? La vidéo qui agite la Toile

belgaimage-180922889-full
MAXPPP

Le 2 septembre, Emmanuel Macron était en déplacement à Marseille, où il s’est notamment rendu dans une école. Le président français s’y est livré à une séance de questions-réponses avec les élèves qui l’ont accueilli dans leur classe de CM2. Il a répondu avec plaisir et sans langue de bois aux questions des petits étudiants, notamment sur son salaire.

Mais lorsqu’un élève lui a demandé « Est-ce qu’on va aider Kaboul ? », l’ambiance semble soudain être devenue plus sérieuse. C’est en effet ce que laisse croire l’extrait de ce moment débriefé dans « C à vous » par Bertrand Chameroy. Sur les images, on entend Emmanuel Macron demander au jeune homme de répéter sa question, lui lançant un « Qu’est-ce qu’il y a ? » un peu brut. « Tu sais ce qu’il se passe à Kaboul ? », dit ensuite le Président à l’élève, qui avoue que non, il ne sait pas. Emmanuel Macron lui répond alors du tac au tac : « Pourquoi tu me demandes ça alors ? ».

L’extrait diffusé dans « C à vous » s’arrête là, et rapidement, les téléspectateurs se sont quelque peu indignés de voir sur quel ton le chef d’État s’adressait à un jeune garçon d’une dizaine d’années. « Quand Emmanuel Macron rencontre un enfant qui a plus de réflexion que McFly et Carlito, le ton n’est plus tout à fait le même… », écrit notamment Julie Garnier, membre de La France Insoumise, sur Twitter.

Une séquence incomplète

Cependant, alors que l’extrait faisait le tour des réseaux sociaux, le journaliste Vincent Glad a rétabli la vérité sur ce moment d’échange entre l’élève et le Président. « Voici la séquence en entier, non coupée », a-t-il commenté en diffusant le reportage complet diffusé au JT de LCI. Après qu’Emmanuel Macron aie demandé à l’élève qui l’interrogeait sur Kaboul pourquoi il posait une telle question, il a en réalité pris la peine d’expliquer à son jeune interlocuteur où était située l’Afghanistan et lui a résumé ce qu’il se passait avec les talibans à Kaboul. Un échange sérieux, mais où le président français n’a pas été agressif avec l’élève, contrairement à ce que les internautes pensaient au départ.

Face à la polémique engendrée après sa chronique dans « C à vous », Bertrand Chameroy a fini par réagir et a mis les points sur les i en faisant son mea culpa. « Dans le cadre de ma chronique légère, censée faire sourire, j’ai debriefé les questions-réponses entre le Président et les élèves. Le ‘Alors, pourquoi tu me poses la question ?’ tranchait avec le ton des autres réponses. J’ai donc choisi de diffuser le début de l’échange. J’aurais effectivement dû préciser que l’échange et les explications se poursuivaient pendant plusieurs minutes ensuite, je le reconnais », écrit le chroniqueur sur Twitter ce samedi après-midi, assumant ses responsabilités : « Ne mêlez pas les journalistes de l’équipe de ‘C à vous’ à cela, ils n’y sont pour rien. Si faut il y a, c’est la mienne. Et ne cherchez pas de message politique derrière mes chroniques, il n’y en a pas. Ce n’est ni mon rôle, ni mon envie ».

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?