La presse internationale rend aussi hommage à Jean-Paul Belmondo

belgaimage-181118240-full
BelgaImage

Le décès de Jean-Paul Belmondo a créé un véritable séisme dans la francophonie. Mais ailleurs aussi, la nouvelle a ému le public. Que ce soit dans les pays latins, outre-Manche ou même outre-Atlantique, plusieurs titres de presse ont tenu à rendre hommage à l’acteur mort dans son domicile parisien ce lundi.

Comparé à Marlon Brando et James Dean

Dans le monde anglo-saxon, nombreux ont été les journaux à en parler. C’est le cas par exemple du Guardian au Royaume-Uni qui salue « cet acteur au visage de boxeur » qui a su « rendre le crime sexy ». « Le visage de Belmondo était superbement beau, grossier, terrestre, sexy et réel. Il avait le nez cassé par sa carrière de boxeur amateur et des lèvres pleines et mal moulées », continue le quotidien. Toujours outre-Manche, la BBC a elle aussi reconnu son talent qui a « captivé l’imagination de la jeunesse française des années 1960 ». De l’autre côté de l’Atlantique, le très respecté New York Times compare Jean-Paul Belmondo à Marlon Brando et James Dean. « Une certaine décontraction française », titre The Hollywood Reporter.

Sur le continent européen, l’émotion est tout aussi grande. En Espagne, El País encense « l’icône de la modernité qui a apporté avec lui la Nouvelle Vague, a tourné avec de grands cinéastes comme Godard, Truffaut et Chabrol ». Pour le quotidien portugais Público, Belmondo était non seulement une légende du cinéma français mais aussi européen. En Italie, La Stampa juge que Belmondo a « vécu au moins 7 sept vies », étant à la fois « heureux et facétieux » mais aussi « agile qu’un chat dans la vie et sur les plateaux ».

Outre le monde latin, les autres pays d’Europe de l’Ouest ont également titré sur l’acteur. C’est le cas aux Pays-Bas avec le Telegraaf qui célèbre un homme « avec un sourire inimitable, son gros nez cabossé et ses rôles de flic rapide et de méchant au grand cœur ». L’Allemagne enfin est elle aussi sous le choc. « Personne n’a donné autant de sex-appeal au crime », ose dire Bild à propos de cette « légende du théâtre ».