La fin de vie très compliquée de Bernard Tapie, mort ce dimanche

B9728466344Z.1_20210928110953_000+G0KJ188R5.2-0
Isopix

C’est officiel : Bernard Tapie est mort ce 3 octobre, comme l’a annoncé sa famille au journal La Provence. « Il est parti paisiblement, entouré de sa femme, ses enfants, ses petits-enfants et son frère, présents à son chevet », déclare-t-elle, en précisant qu’il sera inhumé à Marseille. La cause de sa disparition : son cancer, qui s’était métastasé ces dernières années pour atteindre progressivement toute une série d’organes. Mais ce n’est pas le seul souci auquel il a dû faire face avant de mourir. L’année 2021 a d’ailleurs été particulièrement chamboulée pour lui, à son grand désarroi comme il l’a lui-même confié lors d’interviews.

Agression, justice et cancer

De base, Bernard Tapie était atteint d’un cancer de l’estomac puis chaque année qui a suivi, cela a empiré. En 2018, le cancer a atteint l’œsophage, puis les poumons en 2019. Le 27 décembre dernier, il confie à TF1 la dureté de son combat contre ce mal qui s’étend. « C’est une longue maladie pour moi puisque ça fait trois ans. Je suis au plus mauvais point que j’ai connu depuis trois ans », disait-il, tout en ajoutant suivre un traitement expérimental.

Dès le printemps 2021, les problèmes ne cessent de s’accumuler autour de lui. Dans la nuit du 3 au 4 avril 2021, il est victime d’un cambriolage à son domicile de Combs-la-Ville. Il est violenté et ligoté, tout comme son épouse. Des photos de lui apparaissent dans la presse française, le visage tuméfié. « Je voudrais vous dire que la seule façon d’arriver à passer au-dessus de cet événement, c’est de ne surtout pas en faire un souvenir », déclarait-il trois semaines plus tard à TF1.

En parallèle, toujours en avril, son état de santé se dégrade encore. Il annonce alors que son cancer a atteint les reins et le cerveau. C’est dans cette ambiance désespérée où les traitements ne marchent pas qu’il voit revenir l’affaire du Crédit Lyonnais, un véritable serpent de mer qui dure depuis les années 1990. Le 10 mai, l’homme d’affaires arrive au tribunal, à l’abri des photographes, pour plaider sa cause. L’affaire continue et l’ancien ministre Eric Woerth est mis en examen car soupçonné d’avoir accordé un avantage fiscal à Bernard Tapie en 2009.

Durant l’été, Bernard Tapie va de plus en plus mal. Il passe un scanner de contrôle et le couperet tombe. Les tumeurs se sont encore propagées et ont doublé de volume. Il teste alors un autre traitement expérimental, un peu comme une derrière chance, même si devant la caméra, il se montre optimiste. « Les médecins me disent que je suis dans une phase un peu compliquée mais qu’on n’a pas de raison de désespérer », dit-il. Fin septembre, sa mort prochaine ne fait que peu de doutes. «Il est dans son dernier combat», déclare même son ami Jacques Séguéla. Quelques jours plus tard, l’homme d’affaires a fini par rendre les armes.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?