Le réalisateur de «Squid Game» a perdu six dents lors du tournage de la série et pense déjà à une deuxième saison

BelgaImage
BelgaImage

Quelques jours après le début de la diffusion de la série, Netflix a enregistré des records en termes d’audience. La série a suspens s’est hissée en haut du classement, provoquant au passage un incident malheureux. La série dénonce les inégalités et utilise l’extrême violence pour faire passer son message. Dans la série de neuf épisodes, des centaines de personnes tentent de participer à des épreuves pour espérer gagner une énorme somme d’argent, 45,6 millions de won (33 millions d’euros). Ce sont généralement des personnes dans le besoin qui se lancent dans cette compétition. Ce qu’ils apprennent très vite cependant, c’est que les perdants meurent.

Dans une interview accordée à CNN, le réalisateur de la série, Hwang Dong-hyuk explique pourquoi cette série a autant de succès, mais admet aussi qu’elle lui a valu de perdre pas moins de six dents. Pour le réalisateur, la réussite de cette série vient de la nature des épreuves, généralement des jeux pour enfants retravaillés pour en faire des épreuves mortelles. «  Nous avons tous joué à un moment donné à ces jeux simples et enfantins. Étant à présent adulte, je me suis demandé ce que ça ferait de revenir en arrière et de rejouer à ces jeux d’enfance. Ça a été le début de la création de toute la série  » explique-t-il à CNN. Pour Hwang Dong-hyuk, « Squid Game » fait remonter le côté compétitif de la société actuelle : «  C’est une histoire de perdants. Ceux qui luttent contre les difficultés de la vie quotidienne et qui sont laissés pour compte, tandis que les gagnants continuent à gagner plus  ».

Il ajoute surtout que le tournage a été très éprouvant au point d’en perdre ses dents : «  Écrire, produire et réaliser une série tout seul était vraiment une tâche énorme (…) Quand je pense à faire la même chose pour la saison deux, je suis personnellement un peu inquiet. Il n’y a rien de confirmé pour le moment, mais les gens sont tellement enthousiastes que j’envisage vraiment une deuxième saison  ».

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux