L’arrivée de Marie Portolano dans le «Meilleur Pâtissier» ne fait pas l’unanimité

M6
M6

Hier soir était diffusé le premier épisode de la saison 10 du « Meilleur Pâtissier » sur RTL-TVI. Un rendez-vous immanquable pour les fans, qui ont tout de même dû accepter quelques changements. Pour cette saison, c’est Marie Portolano qui s’occupe de l’animation, remplaçant ainsi Julia Vignali. Une première pour la présentatrice plutôt habituée aux directs qu’aux plateaux déjà enregistrés.

Les premières habitudes prises, tout devait se passer pour le mieux. C’était sans compter sur les téléspectateurs déçus de ce changement. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes critiquaient ce changement, estimant que Marie Portolano était déjà trop présente sur la chaîne en général. Certains ont même déclaré que la « saison était gâchée d’avance ». Sans aller dans des extrêmes, les téléspectateurs sont surtout tristes de voir les anciennes animatrices partir.

Quand ce n’est pas Marie Portolano qui est épinglé, ce sont les candidats. Cette année pour les 10 ans de l’émission, une vingtaine de candidats ont dû passer par une première épreuve pour n’être que 14 à la fin. De quoi provoquer déjà quelques rebondissements au début. Mais surtout, cette année, le choix de candidats a été reproché à la production. Certains d’entre eux seraient déjà trop connus, comme une ancienne Miss. Une député était aussi présente. Les téléspectateurs demandaint plus de « monsieur et madame tout-le-monde ».

 
  • Grand séducteur, Claude François aimait les très jeunes femmes.

    Claude François, sa part d’ombre

    Trois ans après la révélation de l’existence de sa fille cachée, une nouvelle enquête dévoile le goût du chanteur pour de très jeunes fans.

  • Le travail d’intégration permet une meilleure scolarité pour les élèves «dys». La tablette est un outil très utile.

    Apprendre à maîtriser les troubles «dys»

    Les enfants qui souffrent de dyslexie, dyscalculie, dyspraxie… sont souvent considérés comme distraits, rêveurs, peu intéressés ou agités. Ils seraient entre 3 et 7 %.

  • Environ 15% des colis proviennent de vendeurs en ligne qui ne sont pas enregistrés auprès de l’Union européenne : la TVA et des frais sont alors dus par l’acheteur au moment de la livraison…

    Achats sur internet : gare aux taxes

    Des prix parfois multipliés par trois une fois la livraison effectuée. Désormais, tout ce qui vient d’un vendeur hors Union européenne est frappé par la TVA et des frais. Conseils.