D’intrigantes ondes radio captées depuis le centre de la Voie lactée

belgaimage-29112339-full
BelgaImage

Une équipe internationale de scientifiques vient de détecter des ondes radios très inhabituelles. Rien ne permet de savoir de quoi il s’agit exactement et la source, située au centre de la Voie lactée, semble agir de manière totalement erratique. C’est ce que relayent ces chercheurs dans une étude publiée dans « The Astrophysical Journal », où ils se risquent à faire quelques hypothèses sur l’origine de ce mystérieux signal.

« Nous n'avons jamais rien vu de tel »

Ce qui intrigue notamment les scientifiques, c’est que cet intrigant signal s’allume et s’éteint sans cohérence apparente. Mais ce n’est pas sa seule particularité. « La propriété la plus étrange de ce nouveau signal est qu'il a une polarisation très élevée. Cela signifie que sa lumière oscille dans une seule direction, mais cette direction tourne avec le temps », déclare l’auteur principal de l’étude, Ziteng Wang, doctorant à l'École de physique de l'Université de Sydney. « Cet objet était unique en ce sens qu'il a commencé par être invisible, est devenu brillant, s'est estompé puis est réapparu. Ce comportement était extraordinaire », a déclaré Tara Murphy, co-auteur de l'étude. « Le comportement de la source était radicalement différent. Elle a disparu en une seule journée, alors qu'elle avait duré des semaines dans nos précédentes observations ».

Forcément, à l’heure actuelle, les chercheurs sont réduits à faire des suppositions sur un objet stellaire a priori inconnu. « Nous avons d'abord pensé qu'il pouvait s'agir d'un pulsar – un type d'étoile morte en rotation très dense – ou d'un type d'étoile qui émet d'énormes éruptions solaires. Mais les signaux de cette nouvelle source ne correspondent pas à ce que nous attendons de ces types d'objets célestes », a déclaré M. Wang. Ces ondes radio « pourraient appartenir à une nouvelle classe d'objets stellaires », confirme-t-il. « Nous n'avons jamais rien vu de tel ».

Pour l’heure, cet objet, qui a acquis le nom un peu barbare de « ASKAP J173608.2-321635 », garde donc tous ses secrets. Après son repérage grâce au radiotélescope australien Square Kilometer Array Pathfinder, deux observatoires se sont mis à le surveiller, un australien et un sud-africain. Plusieurs autres télescopes pourraient être mis à contribution à l’avenir pour percer ses mystères.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?