Accueil Actu Soirmag

Emmanuel Macron lors d’une discussion privée: «Elle me fait chier, Cotillard»

Parmi les révélations faites par un livre sur la personnalité du président français, on compte quelques phrases assassines à l’encontre de l’actrice dont les agissements ne lui plaisent pas.

Temps de lecture: 2 min

Cette semaine est sorti le nouveau livre de deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme : « Le traître et le néant ». Le sujet : une série d’anecdotes sur les coulisses de l’Elysée pour montrer comment se comporte au quotidien le président Emmanuel Macron. Parmi celles-ci, on en trouve une particulièrement frappante concernant Marion Cotillard et plus spécifiquement son engagement climatique.

L’Elysée sans filtre

L’actrice est connue pour avoir défendu des causes environnementales et sociales. En 2018, déçue de ne pas voir l’Elysée s’engager plus dans la lutte contre le changement climatique, elle déclare au Parisien : « Ma foi en la politique a été vraiment mise à mal. C'est faire des promesses pour avoir une belle image et derrière ne pas les tenir du tout. Je trouve cela insupportable ».

Des paroles qui n’ont pas du tout plus à Emmanuel Macron. Un jour, il parle d’elle avec Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacle et proche du président, et il ne mâche pas ses mots. «Elle me fait chier, Cotillard », dit-il alors selon les deux journalistes. Il n’empêche, peu après, le président a lancé la Convention citoyenne pour le climat.

« Le traître et le néant » s’assume en tout cas comme un livre à charge. On y trouve notamment plusieurs témoignages de personnes critiques du président, comme François Hollande, l’ancien ministre socialiste Pierre Moscovici, le maire de Troyes François Baroin, l’ancien Premier ministre Manuel Valls, etc. Les journalistes revendiquent plus de 110 témoignages et on y découvre entre autres qu’Emmanuel Macron aurait discuté avec Bernard Tapie de la crise des gilets jaunes, que Brigitte Macron aurait vu ses lunettes dévorées par le chien de François Hollande et lui aurait envoyé la facture, ou encore que Stéphane Bern aurait rebaptisé les ministres pour amuser le président (la ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, serait ainsi devenue Amélie « de mon machin »). Selon France Inter, le livre interroge une multitude d’acteurs différents mais « sans apporter de nouvelles informations majeures ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une