Accueil Actu Soirmag

«Squid Game» fait le bonheur d’un couple de commerçants de «dalgona»

L’une des épreuves de la série consiste à détacher un « dalgona » sans le casser. le phénomène est lancé, tout le monde veut sa friandise.

Temps de lecture: 4 min

La série Netflix « Squid Game » fascine de plus en plus. Dans l’un des épisodes, les personnages doivent réaliser une épreuve qui implique une friandise de Séoul, des « dalgonas ». Depuis la sortie de la série, un couple de petits commerçants voit de plus en plus de personnes se presser aux portes de leur échoppe pour se procurer l’une de ses friandises.

Cette sucrerie, longtemps associée à l’extrême pauvreté qui a suivi l’après-guerre, connaît une nouvelle vie depuis la sortie de la production Netflix de Squid Game. La série met en scène des personnages issus des franges les plus marginalisées de Corée du Sud participant à des jeux d’enfants traditionnels afin de remporter 45,6 milliards de won (33 millions d’euros). Dans l’une des épreuves, les concurrents doivent découper, dans cette galette de sucre craquante, des formes, notamment une étoile et un parapluie. Ceux qui échouent en la brisant sont aussitôt exécutés.

Ce jeu de vie ou de mort a été inspiré par l’histoire du réalisateur Hwang Dong-hyuk, qui a grandi à Séoul dans les années 1970. À cette époque-là, les enfants qui parvenaient à découper une forme recevaient un dalgona gratuit. Pour gagner, M. Hwang faisait preuve d’une incroyable inventivité, n’hésitant pas à lécher la friandise pour en détacher la forme ou utiliser une aiguille chauffée. Dans la série, les personnages reproduisent ces différentes techniques.

« Le fabricant de dalgonas serait dubitatif en me voyant réussir la forme la plus difficile, qui est celle d’un parapluie », a affirmé le réalisateur dans une récente vidéo sur YouTube.

Un tournage difficile

Lors du tournage, il a toutefois fallu retenter l’exploit de découper la forme sans briser la galette, un moment compliqué. Le dalgona fond très facilement dans une atmosphère humide, notamment lors de la saison des pluies en Corée du Sud. Le directeur artistique Chae Kyung-sun a donc fait appel à des « spécialistes du dalgona » qui sont venus fabriquer la sucrerie sur le lieu de tournage.

Lim Chang-joo et son épouse Jung Jung-soon, ont produit entre 300 et 400 dalgonas au cours des trois jours de tournage. « Ils étaient plus petits et fins que ceux que nous fabriquons » habituellement, explique M. Lim. Désormais, leur modeste étal, situé dans une rue du quartier des théâtres à Séoul, est l’un des lieux les plus prisés de la capitale sud-coréenne.

BelgaImage
BelgaImage

Dès l’ouverture, les gens se pressent dans l’espoir d’acheter une de ces friandises qu’ils fabriquent sur place et vendent 2.000 won (environ 1,45 euro). Il n’est pas rare que les clients doivent patienter jusqu’à six heures. Certains finissent par abandonner et repartent les mains vides. Il faut environ 90 secondes à M. Lim pour fait fondre du sucre et du bicarbonate dans une petite louche au-dessus d’un brûleur. Puis, il presse la pâte et, à l’aide d’un moule, il donne la forme souhaitée par le client.

L’artisan-confiseur offre un éventail de formes et récemment il a même ajouté un « N » pour Netflix. M. Lim, qui n’avait jamais imaginé que sa confiserie deviendrait aussi populaire, a désormais une vie « super trépidante ». « Bien sûr, je suis heureux parce que mes affaires marchent bien et que le dalgona est devenu célèbre dans d’autres pays », explique ce commerçant qui a ouvert son stand il y a 25 ans.

BelgaImage
BelgaImage

Populaire dans les années 1960

Le dalgona est apparu dans les années 1960, alors que la Corée du Sud était en proie à la pauvreté de l’après-guerre. Les desserts – comme les glaces ou les chocolats – étaient rares et vendus à des prix exorbitants.

Très sucrée, avec des notes de noix et d’amertume, cette friandise était très populaire, et de nombreux vendeurs installaient leurs étals près des écoles. M. Lim et Mme Jung ont décidé de se lancer dans cette activité après la fermeture de leur atelier de couture lors de la crise financière asiatique de 1997.

Le phénomène Squid Game est la dernière manifestation de l’influence croissante de la Corée du Sud sur la scène culturelle mondiale, après la sensation de K-pop BTS et Parasite, Palme d’or à Cannes et premier film en langue autre que l’anglais à remporter l’Oscar du meilleur film. « La Corée du Sud a toujours été au point de rencontre du moderne et du pré-moderne, des moyens occidentaux et des méthodes orientales, de la préservation du passé tout en sacrifiant tout pour l’avenir », selon Michael Hurt, professeur de théorie culturelle à l’Université nationale des arts de Corée.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une