Accueil Actu Stars

Il n’y aura pas de chansons de Diam’s dans son documentaire «Salam»

L’ancienne rappeuse présentait hier le documentaire à Cannes, qu’elle a co-réalisé sur Mélanie Georgiades, son véritable nom.

Temps de lecture: 3 min

Voilà presque 10 ans que Diam’s s’est retirée de la vie publique. Mélanie Georgiades de son vrai nom a présenté jeudi 26 mai son documentaire autobiographique « Salam » à Cannes. Le film a été co-réalisé avec Anne Cissé et Houda Benyama. La sortie de ce film est un événement largement attendu.

L’ancienne star du rap y livre son histoire plus personnelle et les épreuves qu’elle a vécues. Dans les notes de production du documentaire, Mélanie Georgiades écrit : « Pendant des années, on a frappé à ma porte me demandant l’autorisation de mettre ma vie en scène, de la jouer, de l’interpréter. Des demandes nombreuses de documentaires, de biopics, de séries n’ont cessé d’affluer. J’avais comme le sentiment que l’on me demandait de donner les clefs de ma vie pour que d’autres puissent en faire un film. Un spectacle. Ma dépression, mes souffrances, ma quête, ma renaissance : un film ? Un divertissement ? J’ai été touchée que l’on s’intéresse à mon parcours mais il m‘était impossible de laisser des inconnus parler à ma place ».

Le documentaire nous révèle alors son ascension rapide mais aussi sa dépression importante et sa conversion à l’Islam. Mais l’artiste a décidé de ne pas intégrer d’extraits des musiques qui ont lancé sa carrière comme « Jeune Demoiselle » ou « La Boulette ». « Elle a été très claire là-dessus. Mélanie n’avait pas envie de revenir sur Diam’s. (…) Pour elle, ses tubes ne lui appartiennent plus vraiment mais continuent de vivre à travers son public », explique la co-réalisatrice Anne Cissé au HuffPost. Des images d’archives de ses concerts sont parfois montrées, mais seul le public est visible.

Mélanie Georgiades souhaite se montrer comme elle est maintenant, une femme engagée dans l’humanitaire mais également une mère de famille et d’autres facettes encore, gardée du grand public jusqu’à maintenant.

Confessions sur sa santé mentale

La star n’a pas hésité à se servir de ce documentaire pour se confier sur sa santé mentale qui a été plusieurs fois sacrifiée. Dans un entretien au Parisien, elle avait déclaré : « Si je n’avais pas ouvert le Coran un soir sur une plage de l’île Maurice et trouvé un sens à ma vie, je pense que je me serais vraiment foutue en l’air ». Mélanie Georgiades montre également l’importance de l’écriture, devenue un véritable exutoire.

Très attendue par les fans le jour de la projection, elle ne s’est cependant pas présentée. À la place, elle a diffusé une vidéo ou elle explique qu’elle voulait encore préserver son « cocon ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

À la Une