Accueil Actu Soirmag

Shakira et Jennifer Lopez massivement dénoncées aux autorités américaines pour leur show sexy du Super Bowl (vidéo)

Près de 1.300 personnes de part et d’autres des USA ont contacté le gendarme de l’audiovisuel. Selon eux, la prestation des deux stars était comparable à de la pornographie. Le Super Bowl est régulièrement la cible de telles critiques.

Temps de lecture: 3 min

Pour les Américains très conservateurs, ce n’est pas quelque chose d’acceptable ! Se dandiner de cette façon devant plus de 100 millions de téléspectateurs est pour eux condamnable. C’est ainsi que plus de 1.300 signalements ont été rendus à la « Federal Communications Commission » (équivalent du CSA en Belgique et en France) pour dénoncer le show de Shakira et Jennifer Lopez au Super Bowl, le 3 février dernier.

« Des yeux souillés »

Pendant presque un quart d’heure, les deux stars latino-américaines ont pourtant reçu des applaudissements nourris au Hard Rock Stadium de Miami. Les spectateurs ont eu droit à un show pyrotechnique, technologique et chorégraphique de qualité. Elles n’étaient pas si dévêtues que cela mais leurs danses sensuelles n’ont pas plu au goût de certains. Seuls les habitants de l’Etat du Vermont n’ont pas remis de signalements au CSA local. Dans tous les autres Etats, des personnes se sont plaintes, surtout au Texas (à 140 reprises).

Sur CNN, des parents ont qualifié la représentation de « show porno » et sur les réseaux sociaux, le déchaînement était encore plus palpable. « Dieu nous en préserve, nous nous attendions à regarder un match de football en famille... Mais à la place de ça, nos yeux ont été souillés », dit l’un des messages relevés par le « Daily Mail ».

« Je ne suis pas abonné à la chaîne Playboy, je ne paie pas 20 dollars par mois pour de la pornographie. Nous voulions simplement nous asseoir en famille, regarder le Super Bowl et un rapide concert. Nous avons à la place subi une torture visuelle. Honte à vous de laisser ce genre de contenu infiltrer nos maisons », dit l’une des plaintes.

Deux poids, deux mesures

Ce n’est pas la première fois que le Super Bowl est l’objet d’une polémique du genre. L’exemple le plus flagrant, repris massivement dans les médias à titre de comparaison, est celui de Janet Jackson. En 2004, alors qu’elle dansait avec Justin Timberlake, son costume s’est malencontreusement en partie détaché, laissant apparaître un sein. Il n’en fallait pas plus pour qu’elle soit huée et que démarre le « Nipplegate » (« scandale du téton ») avec 540.000 signalements à la clé.

On constate toutefois une inégalité de traitement entre hommes et femmes. D’année en année, ces dernières sont beaucoup plus décriées que leurs partenaires masculins. L’exemple le plus frappant est celui d’Adam Levine, le chanteur du groupe Maroon 5, pour le Super Bowl 2019. Il s’était alors montré sur scène torse nu. Résultat : seulement 50 personnes ont signalé ce fait.

Shakira et Jennifer Lopez pourront cela dit se consoler avec le soutien de leurs fans. Leurs ventes d’albums ont fait un bond spectaculaire dans les charts américains : 893 % (presque 1000 % pour Shakira) selon « Billboard ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une