Une étudiante dénonce les incivilités liées au Covid-19 dans les supermarchés: «vous êtes à vomir»

Une étudiante dénonce les incivilités liées au Covid-19 dans les supermarchés: «vous êtes à vomir»
BelgaImage

Comme cela a été dit maintes fois dans les médias, de nombreuses personnes se sont ruées dans les supermarchés avec la crise du coronavirus. Les rayons de papiers toilette et de pâtes ont été dévalisés à plusieurs endroits et ce à travers le monde. Mais est-ce que cette ruée sur les magasins constitue le point à reprocher aux clients ? Selon Florence Swartwaeger, la réponse est non. Travaillant dans un de ces supermarchés, elle sait de quoi elle parle. Elle a décidé de prendre la parole sur son profil Facebook pour dénoncer les comportements inciviques qu’elle a pu constater.

« Vous mettez potentiellement en péril la vie des clients »

Après une brève présentation, l’étudiante de sciences politiques à l’ULB explique qu’elle croyait avoir tout vu dans le supermarché où elle travaillait : de l’affluence des fêtes de fin d’année aux « moments de grand n’importe quoi ». Manifestement, elle ne s’attendait pas à voir ce qu’elle a pu constater ces derniers jours.

Ce 23 mars, elle a donc fait un tour d’horizon des comportements qui l’ont choquée. D’abord, il y a les clients qui avouent venir au supermarché « parce qu'"il faut bien les occuper pendant le confinement" ». « Le supermarché n’est pas un terrain de jeu, ni une sortie contre l’ennui, ni un moyen d’occuper des enfants », dénonce-t-elle.

Il y a aussi ceux qui viennent plusieurs fois par jour : « A chaque entrée dans le magasin, vous mettez potentiellement en péril la vie des clients, celle du personnel y travaillant mais aussi la vôtre. Faire ses courses une à deux fois par semaine est amplement suffisant », dit-elle. Cette remarque vaut d’autant plus qu’elle constate que de nombreuses personnes ne respectent pas la distance sociale nécessaire pour ne pas contaminer les autres personnes. Autre problème : ceux qui mettent un masque mais dans le mauvais sens ou qui le retirent et le remettent constamment « parce qu’"il fait étouffant là-dessous" ».

« Tout simplement honteux »

Elle termine sa liste de remontrances avec ce qui est probablement le fait qui la choque le plus. « J’ai entendu des clients se dire entre eux (ou des clients me le rapportant) qu’un de leurs articles avait disparu alors qu’ils tournaient le dos. Alors vous, je n’ai pas les mots, vous êtes à vomir. Ce n’est pas du vol, mais c’est vraiment une preuve d’incivisme incroyable. Prendre un article dans le caddy d’un autre parce que vous pensez que vous en ferez meilleur usage que lui/elle, prendre un article car "vous avez des enfants et il me faut les nourrir avec cela et pas autre chose",... c’est tout simplement honteux dans ces temps où l’on fait appel chaque jour au bon sens et à la solidarité de chacun ».

A l’opposé, elle remercie ceux qui soutiennent le personnel des supermarchés et qui prennent des nouvelles. « Cela nous donne du courage et de la force pour affronter les comportements primitifs de certains autres et cela égaie nos journées parfois éprouvantes. Vous êtes les meilleurs, ne changez pas », déclare Florence Swartwaeger.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.