Pierre-Jean Chalençon en larmes sur le plateau de Jean-Marc Morandini: «Depuis 24h, on me dit des saloperies»

Pierre-Jean Chalençon en larmes sur le plateau de Jean-Marc Morandini: «Depuis 24h, on me dit des saloperies»
Capture d’écran

« J’ai eu une année difficile : j’ai perdu mon père, Michou est parti, Christophe aussi… Ça a été dur durant le Covid », a commencé Pierre-Jean Chalençon, ajoutant que son départ de l’émission d’enchères était déjà prévu depuis un petit temps, mais pas si brutalement. « J’avais le sentiment d’avoir fait le tour, de tourner en rond. J’avais demandé à la production de l’émission d’Affaire conclue’ de faire évoluer mon rôle mais cela ne s’est pas fait. Vous avez dû le remarquer dans les derniers épisodes : j’étais beaucoup moins fou, moins joyeux. Je m’embêtais un peu », a-t-il détaillé.

Pour mettre les choses au clair, Jean-Marc Morandini lui a alors demandé des explications plus claires sur la polémique qui a accéléré son départ d’« Affaire conclue ». Pointé du doigt pour avoir fait une photo avec Dieudonné à l’anniversaire de Jean-Marie Le Pen, Pierre-Jean Chalençon, qui vient d’avoir 50 ans, a raconté pourquoi il avait participé à cette fête : « J’aime Napoléon, j’aime l’histoire de France et, pour moi, Le Pen est un ’monstre’ de l’histoire de France mais je ne partage absolument pas ses idées, et en plus de ça je suis homosexuel. Donc si ces gens arrivent au pouvoir, je serai le premier à passer à la casserole ». « Je ne partage pas non plus les idées de Dieudonné. Nous étions tous les deux à cet anniversaire et j’ai fait une photo avec lui comme j’en fais des dizaines par jour. Je n’ai pas pensé à mal sur le moment », a encore ajouté le collectionneur, qui avoue n’avoir pas réfléchi aux conséquences de ses actes et avoir « fait une bêtise ».

Très touché par l’ampleur de cette polémique, Pierre-Jean Chalençon a ensuite fondu en larmes, ne supportant plus toutes les critiques qui s’abattent sur lui. « C’est horrible, on me traite d’antisémite. Je ne suis pas antisémite, merde. Depuis 24 heures, on ne dit que des saloperies », a craqué le fan de Napoléon, « Je suis gay, je lutte contre l’homophobie. Il y a un moment où il faut arrêter. C’est très méchant de dire des choses pareilles ». « Ça me touche au plus profond de mon cœur. C’est pour ça que j’ai décidé, le soir de mon anniversaire, d’arrêter d’un commun accord avec la production […] J’avais décidé de partir, c’était la goutte de trop », a-t-il conclu.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern