Linkin Park fait retirer une vidéo de campagne de Trump sur Twitter pour violation des droits d’auteur

Linkin Park fait retirer une vidéo de campagne de Trump sur Twitter pour violation des droits d’auteur
©AGEFOTOSTOCK/Newscom

Nouvelle bataille dans la guerre entre Twitter et Donald Trump, épingle le Guardian. Le président américain, en pleine campagne en vue des élections présidentielles de novembre prochain aux États-Unis, a retweeté ce week-end une vidéo publiée par Dan Scavino, directeur des réseaux sociaux à la Maison Blanche. Jusque-là, rien de spécial. Mais la vidéo, aux allures de clip de campagne, contenait un titre du groupe de rock Linkin Park, alors que les chanteurs n’avaient pas donné leur autorisation à la Maison Blanche. Le groupe a donc demandé à Twitter de retirer la vidéo, invoquant une violation des droits d’auteur.

Et le réseau social a réagi favorablement à leur demande. « Linkin Park n’a pas approuvé et n’approuve pas Trump, ni n’autorise son organisation à utiliser l’une de nos musiques », ont écrit les membres de Linkin Park sur Twitter, confirmant leur demande de retrait de la vidéo incriminée. « Ce média a été désactivé suite à un signalement du détenteur des droits d’auteur », lit-on maintenant sous le tweet de Dan Scavino, qui contenait initialement le clip.

Lire aussi 1284685829575565312

Ce n’est pas une première

La Maison Blanche n’a pas réagi officiellement à cette affaire. Mais ce n’est pas la première fois qu’un tweet du président américain est supprimé cette année, notamment pour violation du règlement de Twitter qui interdit l’apologie de la violence.

En matière de droits d’auteur, la Maison Blanche a déjà été épinglée également. En juin dernier par exemple, les Rolling Stones avaient demandé que Donald Trump cesse de diffuser leur titre « You Can’t Always Get What You Want » lors de ses meetings, le menaçant de poursuites judiciaires.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern