Une théorie sur Titanic édicte que Jack n’est qu’une invention de Rose (preuves à l’appui)

belgaimage-66248867-full
BelgaImage

C’est le film qui a déchaîné toutes les passions. Pendant des années, Titanic a même été le film le plus vu de l’histoire du cinéma et encore aujourd’hui, il continue de faire parler de lui. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la popularité d’une nouvelle théorie sur le scénario du long-métrage. Début juillet, Luis, un cinéphile mexicain, publie sur son compte Twitter un thread où il développe une hypothèse selon laquelle Jack n’existerait tout simplement pas. En s’appuyant sur de nombreux éléments concordants, son analyse a été partagée près de 27.000 fois, comme le relaye le Huffington Post.

Une théorie pas aussi farfelue qu’elle en a l’air

Mais qu’est-ce qui justifierait donc une telle assertion ? Pour Luis, la raison est simple : « Jack apporte des choses qui n’avaient pas encore été inventées, fait référence à des endroits qui n’existaient pas avant le naufrage du Titanic, aussi, il était exactement ce qu’un riche imaginerait comme "un pauvre homme heureux" ». Autrement dit, Jack serait juste une invention de Rose, la fille bourgeoise qu’il rencontre sur le paquebot.

Dans le détail, Luis relève par exemple que Jack parle des montages russes de la jetée de Santa Monica et du lac Wissota. Or ces deux lieux n’existaient pas encore en 1912, date du naufrage du navire. Le premier a été construit en 1916 et le deuxième est un lac artificiel créé en 1917. L’accoutrement ne colle pas non plus à l’époque. « Le sac à dos de Jack était un sac militaire réglementaire suédois ... créé en 1939 », écrit Luis qui note aussi que sa coiffure aurait été avant-gardiste puisqu’elle n’a été populaire qu’à partir des années 1930.

Si le film se veut cohérent et historiquement correct, Luis ne voit donc qu’une possibilité pour expliquer toutes ces bizarreries temporelles : « Jack est un fantasme de Rose ». « Tout cela est résolu en disant que Jack n’a jamais existé, ou peut-être qu’il était un voyageur du temps », conclut-il.