Claude approché par Rocco Siffredi pour jouer dans un de ses films: «J’ai dit non»

Claude approché par Rocco Siffredi pour jouer dans un de ses films: «J’ai dit non»
TF1

Depuis sa finale de Koh-Lanta, Claude est courtisé de partout. Il participe à plusieurs émissions comme Fort Boyard, la productrice Alexia Laroche-Joubert pense à ce qu’il puisse faire carrière dans la télévision… Mais déjà avant cette étape cruciale dans sa vie, il jouissait d’une certaine popularité. C’est ainsi que Claude a été approché par Rocco Siffredi pour faire du porno, au grand étonnement de l’animateur Jarry.

Claude trop « intimidé » et « jeune » pour accepter

C’est en parlant de l’avenir de ses enfants que Claude a été amené à faire cette déclaration inhabituelle. Alors que Jarry le questionne sur ce qu’il voudrait que son fils fasse plus tard, ce à quoi il répond qu’il accepterait tout « tant qu’il est heureux », l’animateur lui demande : « Et si c’est du porno ? ». Réponse de Claude : « Si c’est du porno, alors je lui dirai que j’ai failli en faire aussi ! », ce qui ne manque pas de faire rire Jarry. Il précise ensuite : « On m’avait proposé à l’époque de tourner dans un film », à la stupéfaction de son interlocuteur.

« Il y avait Rocco Siffredi qui venait souvent manger dans une pizzeria [...] dans le XVIe. Je le servais et un jour, il était accompagné de gens de la production de son prochain film, et ils m’ont demandé si ça me disait de participer au film. J’étais jeune et j’ai dit non. J’aurais pu, mais j’étais trop jeune, intimidé », explique-t-il. Jarry ne manque d’ailleurs pas de faire remarquer qu’avec sa popularité actuelle, une telle expérience n’aurait pas manqué de refaire surface, ce qui aurait constitué « une grosse casserole » pour Claude.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern