Ricky Martin regrette les barrières qui empêchent les homosexuels d’adopter

Ricky Martin regrette les barrières qui empêchent les homosexuels d’adopter
BelgaImage

Il voulait constituer une vie de famille et c’est chose faite. Le chanteur portoricain Ricky Martin est désormais un homme épanoui avec ses quatre enfants qu’il élève avec son mari, le peintre Jwan Josef. Mais pendant longtemps, cet objectif lui semblait être inatteignable du fait de son homosexualité. C’est ce qu’il confie au magazine Out en abordant notamment le sujet de l’adoption, avec un regard critique.

Une procédure compliquée pour les personnes LGBT+

Afin qu’il puisse quand même être père, Ricky Martin avait en effet plusieurs fois pensé à la possibilité d’adopter. Même après avoir eu ses deux premiers enfants, c’est une perspective qu’il envisageait encore, comme il l’a confié en 2010 lors d’une émission de la CBS. Mais finalement, ce projet n’a jamais pu se réaliser. Aujourd’hui, il déplore ce qui empêche des personnes comme lui de faire cela.

« Pendant de nombreuses années, j’ai rêvé d’être père, mais de très nombreuses fois, j’ai dû passer par cette phase de deuil en me disant que je suis gay, je suis homme gay dans le placard, et je ne vais pas pouvoir être papa. Evidemment, l’adoption est une option très belle, mais malheureusement, pour les hommes gays, il est très difficile d’adopter dans certains pays », explique-t-il ainsi à Out.

Il est vrai que les obstacles sont nombreux. Déjà, il faut être dans un pays qui autorise l’adoption pour les couples de même sexe, or peu l’ont fait. Les Etats en question sont concentrés en Europe de l’Ouest, en Océanie et en Amérique. Après, il faut se confronter à des listes d’attente plus longues qu’en temps normal, au refus de certains parents biologiques, etc. Bref, cela peut prendre l’allure d’un véritable parcours du combattant alors que c’est déjà compliqué pour les personnes hétérosexuelles.

La GPA plutôt que l’adoption

Finalement, comme pour ses jumeaux, Ricky Martin s’est rabattu à nouveau sur la GPA pour avoir deux nouveaux enfants, Lucia et Renn. Le chanteur a d’ailleurs aussi évoqué sa discussion avec la mère porteuse qui l’a aidé : « J'ai dit: 'Pourquoi faites-vous cela?' et elle a répondu: "Parce que je suis une femme très spirituelle et que je ne me suis jamais sentie plus proche de Dieu que ce moment où je peux donner le don de la vie à quelqu'un qui ne peut pas le faire seul ».

Désormais, le chanteur pense qu’il y a assez de monde à la maison pour qu’il soit assez comblé : « Par moments, j’en veux 10 de plus, et puis certains matins, quand tout le monde pleure, je me dis qu’une famille de 6 (personnes) suffit ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Le nombre de permis de bâtir octroyés en Belgique pour de nouvelles constructions unifamiliales diminue progressivement. La tendance qui monte: l’habitat groupé.

    Batibouw, un vrai salon… virtuel

    Du 27 février au 7 mars, la foire du bâtiment se tient sur internet. Un vrai salon, avec des contacts avec les exposants, mais en ligne. Un thème à retenir: les logements modulables.

  • Les activités de prostitution sont interdites depuis octobre. Vont-elles reprendre le 1er mars?

    Prostituées, les oubliées du confinement

    La crise pousse des femmes à exercer leur métier dans la plus grande clandestinité. La commune de Schaerbeek demande des décisions claires au Comité de concertation.

  • La princesse Delphine s’est pliée de bonne grâce au jeu des photos témoins. Elle prend la pose ici devant le tombeau du roi Léopold Ier.

    Monarchie: Delphine dans la crypte royale

    Le 17 février, le Roi a invité sa demi-sœur à se recueillir devant les défunts de la Famille royale en l’église Notre-Dame de Laeken.