Inès, finaliste de Koh-Lanta 2020, est exclue de l’émission

Inès, finaliste de Koh-Lanta 2020, est exclue de l’émission
Capture d’écran Instagram

Pour Inès Loucif, prendre sa revanche sur sa finale ratée de juin dernier ne sera plus possible. Comme elle l’a annoncé sur sa story Instagram ce 7 septembre, la Toulousaine a décidé de voguer vers d’autres horizons mais toujours dans le domaine de la télévision. Elle a en effet décidé de participer à la nouvelle saison de « La Villa des cœurs brisés », diffusée sur TFX et AB3.

Le grand écart

Mais Inès est consciente que de cette façon, elle s’expose à une règle implacable qui a déjà frappé d’autres candidats : toute participation à une téléréalité autre que Koh-Lanta condamne toute chance de revenir dans la célèbre émission de TF1. Quel est son ressenti exact par rapport à ce choix de carrière ? La principale intéressée ne se prononce pas.

Pour elle, il est plus question de l’avenir avec cette nouvelle émission où elle ne sera non plus confrontée à la dureté de la vie sur les plages tropicales mais hébergée dans le plus grand confort. « J’ai vraiment hâte de vous montrer qui je suis. Ça commence ce soir et ça va me changer avec une téléréalité très différente de celle de Koh-Lanta », raconte-elle. « Alors je sais, attention, pas de préjugés, pas d’a priori. Je peux vous dire que j’étais comme vous. J’ai rencontré la production, elle est juste topissime ». La Toulousaine dit néanmoins craindre les clashs et « de tomber dans des travers bizarres », tout en assurant qu’elle sait ce qu’elle veut ou pas.

En mai dernier, Inès s’était déjà prononcée sur la participation à d’autres téléréalités que Koh-Lanta lors d’une interview à Télé Loisirs. « On m’a proposé plein de programmes de téléréalité avant que je participe à Koh Lanta. Si je dois refaire de la télé, ça devra être un programme avec des valeurs. On ne pourra pas me faire passer pour ce que je ne suis pas [...] En tout cas, une chose est sûre, je ne ferai pas les Anges 12 », avait-elle déclaré.

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern