«Pourquoi je vis»: quand les internautes relèvent les petites incohérences du biopic sur Grégory Lemarchal

«Pourquoi je vis»: quand les internautes relèvent les petites incohérences du biopic sur Grégory Lemarchal
©MAXPPP

Carton d’audience aussi bien en Belgique qu’en France, où il n’a été diffusé sur TF1 que lundi (soit une semaine après sa diffusion sur La Une), « Pourquoi je vis » était très attendu des téléspectateurs et des nombreux fans de Grégory Lemarchal, décédé à 23 ans de la mucoviscidose.

Le biopic a beaucoup touché les téléspectateurs, et la ressemblance entre Mickaël Lumière, qui interprétait le vainqueur de la « Star Academy 4 », les a fortement impressionnés. Sur Twitter, beaucoup se sont dits en larmes devant leur télévision, mais d’autres se sont également amusés des quelques incohérences du film, relève Télé-Loisirs.

« Pourquoi je vis » retrace donc la vie de Grégory Lemarchal, disparu en 2007. Des scènes qui ont été vécues par le chanteur dans les années 90 ont donc été reproduites et tournées il y a quelques mois. Ce qui mène à des petits anachronismes. Comme ce moment où Grégory, alors adolescent, se retrouve avec sa maman (jouée par Odile Vuillemin) devant un rayon de disques dans un supermarché. La scène se déroule en 1998, mais à l’image, on peut voir l’album de Trois Cafés Gourmands, celui d’Aya Nakamura ou de Kendji Girac, entre autres !

Relevant ce premier détail, les téléspectateurs ont évidemment continué leur recherche de la moindre « erreur » temporelle. Lorsque Grégory arrive pour son concert à l’Olympia, les plus attentifs ont remarqué qu’une affiche d’Alban Ivanov était visible à l’écran. Mais il n’était pas connu à l’époque…

Et bien sûr, les voitures ont aussi été analysées par les internautes, qui ont relevé l’apparition d’une Citroën C4, lancée sur le marché en 2010, et d’une Renault Zoé, voiture électrique de 2012.

Des anachronismes qui n’enlèvent rien au succès du biopic, qui a donc rassemblé 7,4 millions de téléspectateurs lundi sur TF1. En Belgique, 407.872 personnes ont passé la soirée devant La Une le soir de la diffusion de « Pourquoi je vis ».

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern