Pour discréditer le PTB, Elio Di Rupo chante du Dalida au Parlement wallon (vidéo)

L’atmosphère tendue et sérieuse de la politique laisse rarement voir de telles scènes. Et pourtant, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo a bel et bien décidé de chanter, en pleine réunion du Parlement wallon assemblé ce vendredi matin pour remplacer Pierre-Yves Dermagne, parti au fédéral, par le socialiste Christophe Collignon en tant que ministre des Pouvoirs locaux et du Logement. Mais contrairement à ce que ça a l’air à première vue, ce moment de décontraction n’est pas si anodin que cela.

Paroles, paroles, paroles

Quelques minutes auparavant, le président du groupe PTB, Germain Mugemangango, prenait la parole pour s’exprimer au sujet de la nomination de Christophe Collignon. Comme il le rappelle alors, Christophe Collignon, qui était jusque-là bourgmestre de Huy, a été épinglé par la CADA (Commission d'Accès aux Documents Administratifs) pour manque de transparence administrative. « Cela va poser évidemment un conflit d’intérêt puisqu’il va devoir prendre position sur son dossier à lui ou de la ville de Huy. […] Nommer Monsieur Collignon comme ministre des Pouvoirs Locaux et comme garant de la Transparence administrative, c'est un peu comme demander à un braconnier de devenir garde-chasse », juge le député PTB.

Un commentaire qui n’a pas du tout été apprécié par Elio Di Rupo qui a tourné en dérision Germain Mugemangango. « En l’écoutant, je me suis dit qu’on était dans la chanson de Dalida : ‘Paroles, paroles, paroles. Paroles, paroles, paroles’ », chante-il, provoquant les rires de l’assemblée. Le ministre-président wallon reproche ensuite au PTB de s’adonner à de tels commentaires alors qu’il avait proposé à ce parti de rentrer au gouvernement, ce que le PTB a refusé. Il conclut en disant que lors d’une prestation de serment, il aurait préféré « un minimum de bienséance ».

Pour conclure, la parole a ensuite été redonnée à Germain Mugemangango qui n’a pas manqué de rebondir sur ce qui venait d’être dit. « J’avais déjà été confronté à la rhétorique de Monsieur Di Rupo mais pas à ses talents de chanteur, ça c’est nouveau », dit-il avant de terminer en rappelant ses reproches vis-à-vis de Christophe Collignon et d’un manque de confiance dans la majorité.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern