« Le Meilleur Pâtissier » : Margaux en pleurs à la fin de l’épreuve technique de Mercotte (vidéo)

Capture d’écran
Capture d’écran

Chaque semaine dans « Le Meilleur Pâtissier », les candidats se surpassent pour tenter de plaire au jury. Après la revisite de Cyril Lignac, vient la tant redoutée épreuve technique de Mercotte. Lors de cette semaine spéciale Halloween (diffusée avec un peu de décalage chez nous à cause de l’élection américaine), les pâtissiers amateurs devaient réaliser le Gâteau du Diable, un dessert aux poivrons.

La semaine dernière, la benjamine du concours, Margaux, avait obtenu pour la deuxième fois le tablier bleu. Pourtant, sur la terrible épreuve technique, la jeune femme a été classée en 8ème position sur dix. « Margaux, tu n'es pas bonne pour les techniques », a alors lancé Mercotte. Submergée par l’émotion et déçue de sa réalisation, la candidate perfectionniste a fondu en larmes. « Oh c'est bon », a-t-elle répondu, gênée. « Il ne faut pas pleurer », lui a ensuite dit la présentatrice Julia Vignali, pleine de compassion.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Complotistes, les anti-vaccins?

    Kenzo Nera répond à nos questions sur le complotisme des anti-vaccins.

    Kenzo Nera, chercheur FNRS en psychologie sociale à l’ULB est spécialisé dans l’étude du phénomène conspirationniste.

  • spidey-1024x576

    «Spider-Man Miles Morales»: une suite réussie?

    Pour accompagner le lancement de sa nouvelle PlayStation 5, Sony a choisi de faire de la suite de son jeu « Spiderman » la star de son line-up.

  • Alexandre Dumas père ISOPIX_25705874-001

    Petites histoires du grand Dumas: premier épisode

    Le 5 décembre, il y aura 150 ans que disparaissait le père des « Trois mousquetaires ». Sélection d’une série d’anecdotes parmi les centaines ayant émaillé une vie flamboyante.

  • Lithographie de Victor Mignot datant de 1897.

    Bruxelles racontée par les affiches d’autrefois

    Eric Van den Abeele propose une superbe balade richement illustrée des hauts lieux du commerce, du divertissement, du sport et de la culture de la capitale par le prisme des publicités, placards et estampes murales qui ornaient les murs de la ville entre 1820 et 2020.