Les feux d’artifice du Nouvel An accusés d’avoir causé la mort de centaines d’oiseaux à Rome (vidéos)

Les feux d’artifice du Nouvel An accusés d’avoir causé la mort de centaines d’oiseaux à Rome (vidéos)
Capture d’écran Twitter

Le passage au Nouvel An est censé être un moment joyeux. Dans la capitale italienne, ce moment a néanmoins été bien plus triste dans plusieurs quartiers, notamment du côté de la gare principale de Rome, Termini. Suite à plusieurs tirs de feux d’artifice, pourtant interdits par la commune, des nuées d’étourneaux ont parcouru les rues, affolés. Des centaines ont succombé à cette panique générale, avec des centaines de cadavres dans plusieurs rues. Pour les associations de défense des animaux, le lien de cause à effet entre ce phénomène et les feux d’artifice ne fait aucun doute.

Un phénomène loin d’être unique

Selon la Lipu, un centre de préservation de la faune sauvage, les étourneaux sont nombreux à se réunir dans les arbres de la gare Termini durant la nuit. Effrayés par les feux d’artifice, ils se sont engouffrés dans la rue voisine (la Via Cavour), certains succombant à des fils électriques, d’autres à un choc contre des fenêtres.

Frédéric Jiguet, ornithologue du Muséum national d'Histoire naturelle, n’est pas non plus étonné de ce phénomène. Interrogé par le Parisien, il explique que cela est loin d’être la première fois que cela arrive après des feux d’artifice dans le monde. Selon lui, désorientés et paniqués, de nombreux oiseaux peuvent même foncer vers le sol, ce qui leur est fatal au vu de la violence du choc. Un facteur aggrave généralement le bilan : lors des mois les plus froids, les oiseaux se dirigent souvent vers les centres-villes, là où il fait plus chaud. Le soir du Nouvel An, ce choix se révèle cependant fatal à cause des feux d’artifice, comme à Rome ici.

De son côté, l'association pyrotechnique italienne, l’Asspi, se défend. Selon elle, les feux d’artifice respectent la limitation de 120 décibels et ne pourraient pas être rendus responsables de ce drame. La concordance temporelle avec le tir des feux d’artifice n’est quant à elle pas évoquée par l’association. Quant aux cadavres d’oiseaux, ils ont été retirés dès le lendemain matin.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern