La sculpture d’un vagin au Brésil choque les partisans du président Bolsonaro (photos)

La sculpture d’un vagin au Brésil choque les partisans du président Bolsonaro (photos)
Capture d’écran Facebook

Vu du sol et de près, on pourrait croire à un immense fossé recouvert de peinture rouge. Mais en prenant un peu de recul, il apparaît clairement qu’il s’agit d’une sculpture titanesque de vagin, en plein milieu de la campagne brésilienne, dans l’Etat de Pernambuco. Son nom : Diva. Il s’agit de la dernière œuvre en date de l’artiste brésilienne Juliana Notari qui a voulu ici transmettre un message progressiste revendiqué. Et du côté de l’extrême-droite du président Bolsonaro, cela ne passe pas du tout.

Une ode à l’égalité qui interroge aussi l’exploitation de l’environnement

Sur Facebook, Juliana Notari donne plus de précisions sur la signification de son œuvre qui a nécessité onze mois de travail. « Diva est un Land Art, une immense excavation en forme de vulve mesurant 33 mètres de haut, 16 mètres de large et 6 mètres de profondeur, recouverte de béton armé et de résine. Avec Diva, j'utilise l'art pour dialoguer avec des questions qui renvoient à la problématisation de genre à partir d'une perspective féminine alliée à une cosmovision qui questionne la relation entre nature et culture dans notre société occidentale phallocentrique et anthropocentrique […] C'est par le changement de perspective de notre relation entre les humains et le non-humain que l’on arrivera à vivre plus longtemps sur cette planète et dans une société moins inégale et catastrophique », écrit-elle.

Dans une interview à Metropoles, elle précisait que « la vulve représente la naissance, d’où vient la vie, et l’œuvre construite sur la terre rappelle où chacun va après la mort, dans la nature », avec le besoin de sensibiliser « sur l’inégalité des sexes et aussi sur la destruction de la planète Terre, en tant qu’entité et être vivant ».

Un débat exacerbé

La publication a depuis suscité de nombreux articles dans la presse locale et beaucoup d’attaques directement venues des partisans de l’extrême-droite. Un proche du président Bolsonaro, Olavo de Carvalho, a par exemple enchaîné les propos obscènes à son propos. Les autres internautes choqués par l’œuvre parlent d’une « monstruosité » et rejettent le message d’égalité des sexes en prétextant que ce sont principalement des hommes qui ont participé à faire cette sculpture. « Qui pensez-vous tromper, vous les gauchos ? À part les idiots utiles de la gauche, bien sûr », dit une personne repérée par le Huffington Post.

L’artiste, elle, se dit démunie pour répondre à ces attaques. « Cela vient de toutes parts et vous ne savez pas vraiment comment y faire face », dit-elle. Certains la soutiennent cependant, approuvent le message et en lui disent de tout simplement ignorer les messages sexistes. « Les commentaires négatifs montrent seulement que cela fonctionne », assure une femme en-dessous de la publication.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern