Enseveli il y a 30 ans par le sable, un village omanais émerge aujourd’hui du désert (photos)

«  Toutes les habitations du village ont été envahies par le sable qui les a assaillies il y a 30 ans, et a poussé les habitants à quitter leurs demeures, d’après ce que racontent les anciens », explique Salem al-Arimi.

Originaire du village, cet Omanais embrasse d’un regard nostalgique l’étendue de sable, les quelques arbres squelettiques et les restes de murs en pierre émergeant ici et là.

Quelques toits, des pans de mur et des morceaux de bois, c’est tout ce qui témoigne aujourd’hui de la présence passée d’une population sur le site. Celui-ci a été déserté il y a quelques décennies, face à l’avancée inexorable du désert.

Ce phénomène n’est cependant pas spécifique au sultanat d’Oman. Il est attribué par les spécialistes au changement climatique et a été observé dans différentes régions du monde.

Les populations concernées ont peu de moyens pour y faire face et les habitants de Wadi al-Murr ont ainsi dû renoncer à leurs activités pastorales et été contraints à l’exode rural.

Nostalgie

Situé au fond d’une vallée à près de 400 km au sud-ouest de la capitale omanaise Mascate, Wadi al-Murr est aussi coupé des principales routes par une piste de 3 km difficilement praticable.

Son isolement, et le fait que le village, qui comptait une trentaine d’habitations et 150 habitants, ne soit connecté ni au réseau électrique ni à celui de distribution de l’eau, a contribué à sa décrépitude.

Mais cela n’empêche pas d’anciens habitants nostalgiques d’y revenir, tout comme certains adeptes du trekking, amoureux des randonnées dans le désert.

Mohammed al-Ghanbousi, un ancien résident, explique que le mouvement des dunes, instables, fait que certaines habitations ont aujourd’hui émergé en partie du désert.

Mohammed al-Ghanbousi, un ancien résident du village.
Mohammed al-Ghanbousi, un ancien résident du village. - AFP

La mosquée du village est notamment réapparue en partie grâce au mouvement des sables.

Cela a incité «  des nostalgiques à visiter le village dont les structures solides, car construites en pierre, tiennent debout », dit M. Ghanbousi.

Et «  le village a été intégré récemment dans des circuits de trekking et attire des amateurs de photographie », ajoute-t-il.

«  Lorsque ma mère a appris que certaines habitations étaient réapparues, elle m’a demandé de l’emmener dans son ancien village », confie de son côté Mohamed al-Alaoui. «  Elle veut souvent y revenir et elle se plaît à y raconter ses souvenirs en versant quelques larmes. »

AFP

Force de la nature

«  Ce qui m’a étonné c’est la force de la nature qui a pu effacer la trace de tout un village », s’émerveille Rached al-Ameri, un touriste local venu avec deux amis de la ville de Sour, à des centaines de kilomètres, pour découvrir le village ensablé.

«  Mais ce qui est plus étonnant c’est comment ce village, avec ses vieux murs, résiste à ces assauts », ajoute-t-il.

Selon lui et d’anciens habitants, Wadi al-Murr pourrait facilement figurer dans les circuits touristiques d’Oman.

D’autant que le sultanat, qui dépend à 70 % du pétrole, tente de diversifier son économie et développe notamment le tourisme.

Oman a attiré trois millions de touristes en 2019, selon les statistiques officielles. Comme partout, le pays a toutefois vu son flux de touristes réduit comme une peau de chagrin l’année dernière à cause de la pandémie de nouveau coronavirus.

AFP

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern