Melania Trump déserte la Maison-Blanche en organisant une «opération semi-clandestine»

Melania Trump déserte la Maison-Blanche en organisant une «opération semi-clandestine»
BelgaImage

Ils sont encore là, mais le cœur n’y est plus. Depuis plusieurs jours, la famille Trump occupe toujours la Maison-Blanche tout en évitant le plus possible de se montrer en public. L’invasion du Capitole n’est en ce sens pas étrangère à cette atmosphère pesante qui étouffe le président et ses proches. C’est dans ce contexte que Melania Trump doit superviser le départ prévu pour ce mercredi. Et pour cela, tout doit se faire en catimini.

La Maison-Blanche vidée à l’insu du public

L’indice le plus flagrant de l’ambiance qui règne à la Maison-Blanche, ce sont les cartons de déménagement. Ces derniers jours, ils ont beaucoup fait parler d’eux. Mais en réalité, Melania Trump prépare le transfert du domicile familial depuis bien plus longtemps selon le Daily Mail. Cela ferait des semaines que cela aurait commencé, dans le plus grand secret. La cause : pendant que la Première Dame organisait le départ, son mari continuait (et continue toujours) à revendiquer sa victoire lors des élections. Un déménagement déjà rendu public dans ce contexte n’aurait donc pas été compatible avec les déclarations du président sortant.

Depuis l’insurrection du Capitole, ce départ est devenu explicite, y compris pour les Trump. Pour la journaliste de CNN Kate Bennett, ce déménagement a au final des allures d’« opération semi-clandestine ». Pour ne rien arranger, au même moment, les défections se succèdent à la Maison-Blanche, comme avec celle de l’ancienne directrice de communication et attachée de presse de Melania Trump, Stephanie Grisham. Le 8 janvier dernier, une source proche de la présidence confiait à CNN que la Première Dame « n'est plus disposée mentalement et émotionnellement ». « Melania Trump n'est pas triste de partir », dit-on au sein de la Maison-Blanche. Déjà maintenant, dans la discrétion la plus totale, la résidence du président est en réalité une coquille vide. Plus que cinq membres du personnel s’occuperaient par exemple de l’aile Est, en attendant l’arrivée de Joe et Jill Biden.

Mar-a-Lago, cote de popularité, problèmes judiciaires : la suite s’annonce corsée

Mais si Melania Trump est visiblement soulagée de ce départ, les problèmes devraient continuer. Outre les possibles soucis judiciaires de son mari, la famille semble toujours vouloir s’installer à Mar-a-Lago, là où Melania Trump a été vue pour la dernière fois le 31 décembre. Mais les voisins s’opposent à ce qu’ils y résident de manière permanente en vertu d’un vieil accord sur le statut du club qui y a été créé. Cette semaine, le comté de Palm Beach a enfoncé le clou avec un avertissement à propos d’une fête sans masque ni distanciation sociale organisée à Mar-a-Lago. Une fête qu’a filmée le fils du président sortant, Donald Trump Jr.

De façon plus personnelle, Melania Trump ne pourrait pas se consoler avec sa cote de popularité. Ces derniers jours, cette dernière a chuté, tout comme pour son mari. Selon un sondage CNN, il n’y a plus que 42% des Américains avec une opinion positive d’elle, et elle récolte même plus d’opinions négatives (47%). C’est le pire résultat qu’elle n’ait jamais eu. Pour une fin de mandat, c’est même un record depuis longtemps. Michelle Obama avait 69% d’opinion favorables, Laura Bush 67% et Hillary Clinton 56%. Dernier élément qui ne devrait pas aider la cote de Melania Trump à remonter : selon le Daily Mail, elle n’aurait pas appelé Jill Biden, contrairement à la coutume pour la Première Dame.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern