Le roi Philippe fait polémique sur l’île d’Yeu avec l’extension de sa maison

belgaimage-44844343-full
BelgaImage

C’est son petit refuge, loin du tumulte des crises politiques belges. Mais depuis fin janvier, la maison du roi Philippe sur l’île d’Yeu, en Vendée, fait quelques mécontents parmi la population locale. En cause : l’extension de sa maison. Comme tout habitant de l’île, la loi lui donne le droit de bâtir 30 mètres carrés situés en zone naturelle. Mais problème : le roi avait besoin de 40. Dix mètres carrés de trop qui provoquent aujourd’hui une petite zizanie.

Un « privilège » selon les habitants

A priori, le règlement est strict. La législation ne permet pas de dépasser la limite des 30. Sauf que le roi n’est pas vraiment n’importe qui ! En faveur de son statut, il a pu obtenir le 12 août dernier une dérogation au nom de « l’intérêt général ». Il est en effet question de construire une annexe pour les gardes du corps, d’où cette nécessité impérieuse de passer outre les limites habituelles. Autrement dit, le roi Philippe est dans la légalité. Une décision sur lequel le maire n’a cependant aucune prise puisque la décision a été prise plus haut, au niveau de la préfecture.

Si le roi a tenu compte des règles, ce traitement de faveur fait jaser sur l’île d’Yeu. Des habitants se demandent pourquoi ils ne pourraient pas faire de même que ce monarque étranger qui a acheté sa maison sur l’île en 2019. « On le conçoit comme un privilège. On est un pays de droit, ce qu’on accorde à un, on doit l’accorder à l’autre et là, aujourd’hui, vous avec des îliens qui viennent frapper à la porte et disent, moi je veux la même chose », résume pour la RTBF Patrice Bernard, du groupe d’opposition à la mairie M’Yeu Ensemble.