Quand une chambre devient un nid d’araignées: «Devrions-nous brûler la maison?» (vidéo)

Quand une chambre devient un nid d’araignées: «Devrions-nous brûler la maison?» (vidéo)
Capture d’écran Youtube

C’est l’été en Australie et Claude Domrose est chez elle à Sydney, tranquille, jusqu’à ce que sa fille, Peta Rogers, arrive auprès d’elle, terrorisée. Elle vient de faire une découverte inhabituelle dans sa chambre. Le plafond et les murs de la pièce sont recouverts par une multitude d’araignées qui feraient tomber dans les pommes plus d’un arachnophobe. Un phénomène d’une ampleur impressionnante logique pour les spécialistes.

Une question de météo

Dans sa vidéo, Claudia Domrose ne semble pas vraiment effrayée. « On dirait des bébés Huntsman (une espèce d’araignée très rapide, ndlr), je ne suis pas sûre. Elles sont si mignonnes », dit-elle. Si elle est manifestement à l’aise avec l’idée d’avoir de nouveaux animaux de compagnie, ce n’est clairement pas le cas de sa fille qui est auprès d’elle à ce moment-là. « Tu vas déménager maintenant ? Devrions-nous brûler la maison  ? », blague alors la mère, un peu taquine. La vidéo, publiée sur les réseaux sociaux, a été vue des millions de fois.

Mais dès lors, comment toutes ces araignées ont-elles pu se retrouver là en aussi grand nombre ? Selon Robert Raven, arachnologue au Queensland Museum, cela serait dû au climat. Une vague de chaleur a été suivie de précipitations et cela les aurait conduites à se réfugier dans la maison. « Les araignées recherchent des environnements plus doux en termes de chaleur et d'humidité », a déclaré Robert Raven à ABC News. « Donc à l’intérieur d’une maison, c’est bien pour elles. Il y a généralement de l'eau dans les environs et elles gravitent autour de cela ». Quant à la dangerosité de ces araignées, elle est toute relative. Si elles sont impressionnantes, leurs morsures ne sont pas du tout mortelles.

Quant à Claudia Domrose, elle a fait savoir à 9 News que les araignées étaient parties et qu’en quelques jours, l’affaire était réglée. Sa fille n’a par contre plus voulu dormir dans le coin de sa chambre qui était infesté, mais à l’autre bout de la pièce.

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern