Un parc de loisir attaque Taylor Swift en justice

Un parc de loisir attaque Taylor Swift en justice
BelgaImage

Comme ses précédentes productions, le dernier disque de Taylor Swift est une réussite. Depuis sa sortie en décembre, il est numéro un des charts aux USA, Royaume-Uni, Portugal, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Argentine, Taiwan, sans oublier la Flandre. Mais c’est justement ce succès qui lui vaut aujourd’hui de finir devant la justice. Face à la chanteuse, l’Evermore Park, un parc d’aventure immersif de l’Utah, qui l’accuse d’« utilisation d'une marque déposée ».

Un impact sur la visibilité du parc

Selon la plainte, les éventuels visiteurs du parc seraient perturbés par le nom de l’album en question, « Evermore » (« à tout jamais » en anglais). Premier point : ces clients « se demandent si l’album Evermore est le résultat d’une collaboration entre le parc à thème Evermore et Taylor Swift ». Ensuite, le parc estime que le disque a eu un impact négatif sur son référencement Google, et donc sur son marketing. La direction de l’Evermore Park exige ainsi que Taylor Swift se voie infligée d’une peine de millions de dollars de dommages et intérêts, ainsi que la prise en charge de tous les frais juridiques.

Pour la défense, cette accusation n’a ni queue ni tête et l’homonymie est le pur fruit du hasard. « Il est inconcevable qu’il y ait un risque de confusion entre le parc d’attraction et ses produits connexes, et les produits connexes de Taylor Swift », font savoir les représentants de la star. De plus, Taylor Swift ne propose en rien des produits assimilables à ceux du parc, à l’image des « petits œufs de dragon, des écussons de guilde et une petite monture de dragon ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern