Mort de Kobe Bryant: le pilote de l’hélicoptère jugé responsable de l’accident

Belgaimage
Belgaimage

L’ancienne vedette des Lakers de Los Angeles voyageait avec sa fille Gianna, 13 ans, et six autres passagers à bord de l’hélicoptère Sikorsky S-76B qui s’est écrasé le 26 janvier 2020 sur une colline de Calabasas, au nord-ouest de Los Angeles. Il n’y a eu aucun survivant. Le pilote, Ara Zobayan, 50 ans, était considéré comme expérimenté, mais il se serait « infligé une pression  » en raison de ses relations amicales avec son passager, et aurait poursuivi un mauvais plan de vol malgré les mauvaises conditions, deux éléments ayant contribué au drame, selon l’agence chargée de déterminer officiellement la cause de l’accident, le NTSB.

« Sa décision de continuer à voler à vue dans des conditions météorologiques de vol aux instruments, qui ont entraîné sa désorientation spatiale et la perte de contrôle, ont mené à l’accident fatal  », a indiqué dans un communiqué le NTSB, à l’issue de près d’un an d’enquête. Selon cette dernière, la société gérante de l’appareil, Island Express, n’avait pas les certifications pour les vols aux instruments avec des passagers, et le pilote, Ara Zobayan, a violé le règlement en entrant dans le brouillard.

Peu avant l’accident, Ara Zobayan avait indiqué dans un échange radio qu’il allait monter à 4.000 pieds (1.200 mètres) pour voler au-dessus du brouillard. À 2.400 pieds (730 mètres) d’altitude, il avait manœuvré à gauche mais, en plein brouillard, l’appareil avait entamé une descente rapide vers la colline. « Cette manœuvre concorde avec un pilote subissant une désorientation dans l’espace dans des conditions de visibilité limitée  », a expliqué Robert Sumwalt, président du NTSB, lors d’une réunion pour discuter des conclusions de l’enquête.

Succomber à la pression

« Il aurait eu la perception incorrecte que l’hélicoptère montait alors qu’il descendait  », a-t-il ajouté, son oreille interne ne sachant plus le positionner dans l’espace. « Malheureusement, nous continuons à voir les mêmes problèmes influencer une erreur de jugement chez des pilotes qui ont pourtant de l’expérience dans les accidents aériens », a expliqué Robert Sumwalt, cité dans le communiqué. « Si ce pilote n’avait pas succombé à la pression qu’il s’était lui-même infligé pour poursuivre ce vol dans le mauvais temps, cet accident ne serait pas arrivé », a-t-il ajouté.

L’enquête a souligné l’amitié de longue date qui liait le pilote à Kobe Bryant, qu’il n’aurait pas voulu décevoir en changeant de plan de vol ou en atterrissant pour attendre des meilleures conditions, alors que les passagers allaient assister à un match de basket. Il n’existe aucun élément prouvant une quelconque pression mise sur le pilote par la société de transport ou par Kobe Bryant pour voler par mauvais temps.

Le NTSB a aussi déterminé qu’Island Express était responsable d’une « supervision insuffisante dans sa procédure de gestion des mesures de sécurité  », notamment concernant les analyses de risques en vol que doivent remplir les pilotes avant de décoller. La société n’avait pas non plus de « système solide de gestion des risques  » qui aurait pu aider ses pilotes à « résister à ce genre de pression bien réelle » de la part de certains clients. Le pilote avait plus de 8.500 heures de vol à vue à son actif, dont 1.250 sur l’hélicoptère Sikorsky S-76, et 75 heures de vol aux instruments. Il n’avait pas d’antécédents médicaux.

Vanessa Bryant, la veuve du joueur, avait porté plainte après l’accident contre le pilote et contre Island Express, à qui elle reproche d’avoir autorisé l’appareil à décoller malgré le mauvais temps et de ne pas posséder les autorisations nécessaires pour permettre à ses appareils de voler sans visibilité. La mort de Kobe Bryant à 41 ans avait provoqué une vive émotion dans le monde, y compris au-delà du sport. En 20 ans, Kobe Bryant était devenu un joueur emblématique des Lakers. Il a remporté cinq titres de champion de NBA et été désigné meilleur joueur de la Ligue en 2007-08. Il avait pris sa retraite en 2016.

 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.