«Claude François était une ordure»: les confessions de l’ancien régisseur de l’Olympia

«Claude François était une ordure»: les confessions de l’ancien régisseur de l’Olympia
Isopix

Pendant des dizaines d’années, Roger Morizot a été le confident de centaines de stars. Régisseur à la salle mythique de l’Olympia, il a vu défiler un paquet d’artistes, qu’il encourageait avant leur entrée en scène, explique Le Figaro.

Aujourd’hui âgé de 91 ans, celui que Sylvie Vartan ou encore Nicoletta surnommait « Doudou » raconte ses souvenirs dans un livre. « De Gilbert Bécaud à Charles Aznavour, Claude François et Johnny Hallyday, je les ai tous vus débuter. Je les ai tous aimés, il le fallait quand on travaillait avec eux, mais il y avait quand même de sacrés tocards. Ceux-là, comme Michel Polnareff et Thierry Le Luron, je les égratigne car ils le méritent », a-t-il confié au Figaro.

Mais un artiste l’a particulièrement énervé au cours de sa carrière de régisseur : Claude François. Pour Roger Morizot, l’interprète de « Bélinda » était carrément « une ordure » : « J’ai failli lui mettre des coups à lui. Il parlait mal à ses danseuses, à ses musiciens, il insultait les techniciens ». Selon ses dires, Claude François s’en serait même pris aux collègues du régisseur. « Je l’ai chopé par le col et je lui ai ordonné de s’excuser auprès d’eux », a raconté Roger Morizot, qui affirme que l’artiste a tout d’abord refusé de le faire.

« Plus tard, Claude François est venu s’excuser devant tout le monde. Il est venu me voir en m’appelant ‘Doudou’ avec sa petite voix mielleuse, mais je l’ai arrêté tout de suite. Je lui ai dit ‘Ah non, certainement pas à moi’ », a confié Roger Morizot. Si l’histoire a fini par s’arranger, il a tout de même toujours « gardé à l’œil » Claude François.

 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.