Claire Chazal s’exprime sur les accusations de viol envers PPDA: «Il aime convaincre par son charme»

Claire Chazal s’exprime sur les accusations de viol envers PPDA: «Il aime convaincre par son charme»
Abacapress

Claire Chazal connaît évidemment très bien Patrick Poivre d’Arvor. Collègues chez TF1 pendant des années, ils ont aussi été amants, et sont d’ailleurs parents d’un garçon nommé François, né en 1995 de leur relation. Invitée jeudi sur France Inter pour promouvoir « Passage des arts », l’émission culturelle qu’elle anime sur France 5, Claire Chazal a évidemment été interrogée sur « l’affaire PPDA » qui secoue actuellement le PAF. Patrick Poivre d’Arvor est en effet accusé, par l’écrivaine Florence Porcel, de viols et une enquête a été ouverte.

« Il est bien sûr normal et important que les femmes parlent enfin. Il y a des violences conjugales, et bien souvent une impuissance des femmes, en tout cas dans certains milieux », a tout d’abord réagi la journaliste de 64 ans, qui trouve « essentiel » que ce genre de choses puisse être dit. « Je suis pour la complexité des affaires, l’écoute des deux parties, et je trouve que souvent, une seule voix est entendue », a-t-elle poursuivi. Mais cependant, Claire Chazal trouve « dommage quand dans certaines affaires, des bourreaux présumés sont jetés en pâture devant un tribunal de l’opinion, et même un tribunal médiatique ».

Ceci dit, elle en est donc venue au cas concret de son ex-compagnon Patrick Poivre d’Arvor : « Je peux dire et même assurer que, bien qu’étant un séducteur, aimant conquérir et même, disons-le, multiplier les conquêtes féminines, il n’est en rien dans la violence ou dans la force ». Elle a confié que ce que PPDA aimait « avant tout », « c’est séduire, convaincre. C’est convaincre par la parole, par ce qu’il est, par son charme, par sa position […] Il a un orgueil qui fait que charmer, être aimé, c’est ce qu’il souhaite avant tout ». « Mais en rien en arriver à forcer quelqu’un », a répété Claire Chazal, avant de conclure : « C’est tout ce que je sais de lui ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern