PPDA riposte aux accusations de viols dans «Quotidien»: «Des inventions totales et absolues»

PPDA riposte aux accusations de viols dans «Quotidien»: «Des inventions totales et absolues»
TMC

Hier soir, Patrick Poivre d’Arvor a utilisé son droit de réponse pour répliquer aux accusations de viols à son encontre. Sur le plateau de « Quotidien », il a riposté point par point, surtout au sujet de celle qui a lancé l’affaire, l’écrivaine Florence Porcel. Selon lui, il n’aurait ni abusé d’elle en 2004, ni imposé une fellation en 2009. Il raconte au contraire des rencontres au style bien différent que ce que Florence Porcel a déclaré à la presse.

« Je ne pensais pas qu’un jour la foudre allait me tomber dessus »

PPDA confie d’abord qu’il a appris la nouvelle de son accusation via une publication du Parisien, jeudi dernier, sans en avoir été prévenu auparavant. « Résumer ma position en quelques lignes m’a paru insupportable. J’ai renvoyé à mon avocat qu’il m’a fallu trouver dans l’urgence. On a fait un communiqué sur le moment », dit-il.

A propos de sa première rencontre avec Florence Porcel, il confirme que cela s’est fait suite à une lettre que l’écrivaine lui avait envoyé pour parler d’écriture, lui-même étant aussi auteur. « C’était une lettre très gentille et admirative qui ne parlait pas de télévision, mais que de livres. Je lui ai fixé un rendez-vous, et je l’ai vue un quart d’heure ou vingt minutes […]. Ça s’est très bien passé, de manière professionnelle et cordiale. Le lendemain, elle m’a envoyé une série de poèmes. J’ai senti que j’avais un peu troublé cette jeune femme, mais pas davantage ». Mais PPDA l’affirme haut et fort : « Il ne s’est rien passé ». « J’ai dû voir cette femme cinq ou six fois maximum en 17 ans. Elle m’a beaucoup écrit, à sa demande, en permanence. Elle m’a demandé des services, de lui donner des interviews. Elle m’a demandé si je pouvais l’aider car elle avait un CV à faire circuler. J’ai beaucoup rendu service. Je ne pensais pas qu’un jour la foudre allait me tomber dessus ».

Quand il lui est demandé s’il y a eu des rapports sexuels, le journaliste ne veut pas répondre directement sur un plateau de télévision. « Je n’ai jamais parlé de ma vie privée. La question que vous me posez est très précise. Je donnerai la réponse aux enquêteurs s’ils jugent bons de me convoquer. De ma vie, jamais je n’ai accepté une relation qui ne serait pas consentie ou qui serait forcée, qu’elle soit sentimentale ou sexuelle. Jamais de ma vie. […] S’il y a eu tentative de séduction, elle ne vient pas de moi. Je réserve tous les mails à l’enquête ».

Il rejette enfin les témoignes des autres femmes qui mettaient en cause son comportement. « Des inventions totales et absolues », assure-t-il. « Est-ce qu'il faudrait s'excuser de sa notoriété ? Je n'ai pas cherché cette notoriété, je ne cherche à avoir de l'emprise sur les gens ». Il a annoncé un dépôt de plainte non seulement contre Florence Porcel mais aussi contre plusieurs médias pour « dénonciation calomnieuse » et « diffamation ». Pour le moment, ni PPDA, ni Florence Porcel n’ont été entendu par les policiers saisis de l’enquête.

 
  • Patrick Juvet et la folie des années disco

    Isopix

    Jeune musicien suisse très doué monté à Paris, il a été happé par le show-business et tué par les excès en tous genres. Disparu à 70 ans, il incarnait les folies des années disco.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern