Accusé d’organiser des dîners clandestins, Pierre-Jean Chalençon tente de se défendre: «C’était un énorme poisson d’avril» (vidéo)

Belgaimage
Belgaimage

Depuis quelques jours, Pierre-Jean Chalençon est au cœur d’une nouvelle polémique. Suite à la diffusion d’un reportage de M6 sur l’organisation de dîners clandestins de luxe en plein confinement à Paris, le collectionneur avait été identifié comme étant l’organisateur qui s’exprimait anonymement en affirmant notamment que des ministres participaient à ces soirées clandestines, alors que le secteur de l’horeca est fermé.

Après différents revirements de positionnement, il a d’abord nié être l’auteur de ces propos puis a avoué implicitement, Pierre-Jean Chalençon a tenu à clarifier la situation en direct sur BFM TV ce mardi 6 avril. Il affirme que c’était un poisson d’avril et que les images filmées provenaient d’une soirée de préparation.

« Je n’organise pas de dîners, ni de soirées. Je n’organise rien du tout au palais Vivienne ou ailleurs. Ce sont des calomnies. C’était le plus gros poisson d’avril de l’histoire de ces 10, 15, 20 dernières années. J’avoue que franchement, si les gens n’ont pas un peu d’humour et bien ils n’ont rien compris. C’était un énorme poisson d’avril, un poisson d’avril qui a marché. Je ne pensais pas qu’il marcherait à ce point-là  », a tenté de se défendre le collectionneur.

Soirée de préparation

Il a ensuite donné sa version des faits. En tant que spécialiste de Napoléon 1er, il possède une impressionnante collection autour de ce personnage historique. Il rappelle que la France va célébrer prochainement le bicentenaire de la mort de Napoléon et en vue de cet événement, il a prévu d’organiser « de s dîners napoléoniens et des visites au palais Vivienne », dont il est propriétaire, rapporte BFM TV.

« Je suis les directives du gouvernement et j’espère une réouverture assez prochaine en mai. Puisque le bicentenaire est en mai, nous avons anticipé et nous sommes en train d’organiser pour des entreprises et des particuliers (…). Nous avons organisé cela depuis un certain nombre de semaines avec mes collaborateurs et la semaine dernière était une sorte de soirée zéro. Nous avons mis en exergue quelques tables et invité quelques personnes pour leur faire visiter. J’ai fait une conférence (…). Nous avons organisé un certain nombre de de reportages pour des grands magazines, pour justement montrer les objets du palais de Vivienne et ses atouts  », a-t-il ajouté. Il estime toutefois avoir été « piégé » par une rédaction et se dit « harcelé » depuis la diffusion du reportage.

Malgré la tentative de justification de Pierre-Jean Chalençon, une enquête pénale a tout de même été ouverte dimanche par le procureur de Paris à la suite de la diffusion du sujet consacré à ces dîners de luxe clandestins, interdits pour l’instant.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern