Pierre-Jean Chalençon se fait remettre en place après un tweet sur la réouverture des bars en Angleterre

BelgaImage
BelgaImage

Les Anglais peuvent remettre le nez dehors. Les bars et les restaurants sont de nouveau ouverts après des mois de restrictions très strictes à cause de la crise sanitaire. Une nouvelle à côté de laquelle Pierre-Jean Chalençon n’est pas passé à côté. Le collectionneur d’objets napoléoniens a fait parler de lui à cause des dîners clandestins en France. Aujourd’hui l’enquête est toujours en cours contre lui mais aussi contre le chef Christophe Leroy, qui n’a pas manqué de l’injurier.

Sur Twitter, il repartage une vidéo où l’on peut voir les Anglais fêter la réouverture des bars et restaurants. L’homme d’affaires commente : « Et nous pendant ce temps-là… lol ». Une réflexion qui est très mal passée pour les internautes. « Ils ont de la chance de ne pas avoir des c******* qui organisent des dîners clandestins et qui fanfaronnent, eux  ! ». D’autres ajoutent : « En son temps, Napoléon, votre grand homme, ne vous aurait pas loupé ». « Il ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît ».

Enfin un dernier, plus engagé s’emporte : « Nous les petits français, on bosse, on respecte le 3e confinement, on s’entasse dans les RER. Pendant ce temps, vous, les bourgeois, les riches, les autres, vous faites la fête, vous vous bâfrez, vous continuez à vous gaver sur notre dos ».

Le Royaume-Uni voit aujourd’hui sa population revenir dans les rues. Le pays a connu un confinement très strict et une campagne de vaccination importante, puisque 60 % de la population est aujourd’hui vaccinée. Pour ce qui est de la Belgique, la bulle de contact va pouvoir s’élargir et les terrasses pourront de nouveau ouvrir le 8 mai.

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern