Accueil Actu Soirmag

Les emballages des frites et des burgers souvent néfastes à la santé

Une étude montre que de nombreux emballages alimentaires sont traités avec un produit légal mais néfaste.

Temps de lecture: 2 min

Que l’on soit en Belgique ou ailleurs, les frites sont populaires et souvent présentées dans un cornet en papier qui paraît bien inoffensif. Mais les apparences sont trompeuses ! C’est ce que révèle une enquête de neuf ONG européennes. Elles montrent que sur 42 emballages alimentaires, 32 « provenant de grandes chaînes mondiales de restauration, ont été traités intentionnellement avec des PFAS ». Problème : les PFAS, ou substances per- et polyfluoroalkylées, sont des produits reconnus comme polluants et dangereux pour la santé.

Un danger pour les consommateurs

Les emballages concernés sont notamment ceux qui protègent les frites mais pas seulement. On les retrouve souvent avec les burgers ou les pizzas dans les fast-foods. Les mousses anti-feu et les poêles en téflon sont également visées. Les PFAS se retrouvent dans tous ces produits « en très grandes quantités et pour une utilisation de quelques minutes seulement », soulignent les ONG. Cela « créée de nombreux déchets contenant ces substances préoccupantes, polluant l’environnement et s’accumulant tout au long de la chaîne alimentaire ». « Le test d'écotoxicité réalisé a confirmé que les PFAS présents dans les échantillons d'emballages alimentaires testés avaient le potentiel de créer des déséquilibres des hormones thyroïdiennes », conclut l’enquête.

Les associations ont également remarqué qu’au Danemark, la situation était différente. Contrairement aux autres pays européens, Copenhague a totalement interdit les perfluorés, dont les PFAS. Les fast-food danois ne sont donc pas concernés par ce mal, à l’inverse du reste de l’Europe. « Il est grand temps que l'Union européenne agisse et interdise immédiatement et de manière permanente toute la classe des PFAS dans les emballages alimentaires, afin de protéger les consommateurs en premier lieu », demande Jitka Strakova, auteure principale de l'étude.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une