Britney Spears: son manager historique démissionne et sa mère se confie

Britney Spears: son manager historique démissionne et sa mère se confie
BelgaImage

Ces derniers mois, l’avis du père de Britney Spears, responsable de sa tutelle, a été grandement relayé par les médias américains. Mais ce qui est moins connu, c’est la position de ses autres proches. Cette semaine, deux d’entre eux se sont prononcés : son manager historique, Larry Rudolph, et sa mère, Lynne, divorcée de Jamie Spears en 2002. Le premier vient notamment d’envoyer une lettre au père de la chanteuse pour démissionner de son poste, tout en affirmant rester fidèle à celle qui est devenue son amie.

Un malaise total

Dans cette lettre, Larry Rudolph se désolé d’être coupé de Britney Spears depuis un long moment. « Cela fait plus de deux ans et demi que Britney et moi n'avons pas discuté », écrit-il dans le document rendu publié par Deadline. « À l'époque, elle m'a dit vouloir prendre une pause pour une période indéterminée. Plus tôt dans la journée, j'ai appris que Britney avait fait part de son intention de prendre officiellement sa retraite ».

Ensuite, il déclare le but de sa missive : « Comme vous le savez, je n'ai jamais pris part à la tutelle et son application, alors je ne suis pas familier des détails. […] J'ai été engagé à la demande de Britney pour gérer sa carrière et l'assister. Et en tant que manager, je pense qu'il est dans l'intérêt de Britney que je démissionne de son équipe puisque mes services professionnels ne sont plus nécessaires ». « Je serai à jamais incroyablement fier de ce que nous avons accompli au cours de nos 25 années ensemble. Je souhaite à Britney toute la santé et le bonheur du monde, et je serai là pour elle si elle a de nouveau besoin de moi, comme je l'ai toujours été », conclut-il.

En parallèle, le New Yorker a de son côté voulu recueillir la position de la mère de la chanteuse par rapport à cette affaire. Elle n’a aucun rôle légal dans ce cadre mais cela ne l’empêche pas d’avoir un avis. Mais de toute évidence, elle a très peur des conséquences de ce qu’elle pourrait dire. Le New Yorker précise en effet qu’au téléphone, Lynne parle « à voix basse » et qu’elle pourrait « raccrocher brusquement » si un membre de sa famille devait s’approcher d’elle. Sur l’affaire, elle n’a « pas voulu répondre en détail » mais elle déclare quand même avoir « des sentiments partagés sur tout ». « Je ne sais pas quoi penser… C’est beaucoup de douleur, beaucoup d’inquiétude », fait-elle savoir.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ostéoporose, la menace silencieuse

    L’analyse densitométrique permet de détecter l’ostéoporose efficacement.

    Responsable d’une fracture toutes les vingt secondes dans le monde, elle frappe surtout les femmes. Nos conseils pour la prévenir... ou la freiner.