L’Italie espère sauver un olivier millénaire victime d’un feu de forêt (vidéo)

BELGAIMAGE-179313711
BelgaImage

Il fait 16,5 mètres de haut, a une circonférence d’environ 10 mètres et il est surtout millénaire. Mais il y a une semaine, le « Patriarche » (aussi connu sous le nom de « Sa Tanca Manna »), un olivier situé à Cuglieri, dans l’ouest de la Sardaigne, a été touché par les violents incendies qui ont frappé la région. Il ne reste plus grand-chose de sa splendeur passée. Et pourtant, l’Italie veut encore croire à sa résurrection.

L’espoir de sauver un symbole

Avant le feu de forêt, l’arbre déployait ses nombreuses branches tout autour de lui, conférant au lieu une atmosphère mystique. Désormais, il ne reste que des rameaux gisant au sol. La souche est noircie et en partie détruite. Bref, le Patriarche n’est plus que l’ombre de lui-même.

« Cependant, il y a encore de l’espoir », affirme le botaniste Gianluigi Bacchetta à l’agence de presse AGI. « Il peut survivre, il sera mutilé et sa taille réduite au minimum, mais son côté gauche semble encore vivant grâce à l’intervention providentielle des pompiers ». Les spécialistes estiment que son tronc est également bien vivant. Les pompiers tâchent d’abaisser au maximum la température du sol pour que les experts puissent vraiment estimer ce qui peut vraiment être fait pour le sauver. D’ici là, l’île est sous le choc et les habitants ont mis en place un système de relai pour veiller à ce qu’aucun curieux ne s’approche de l’arbre. Il faut absolument éviter que les racines et le tronc soient encore plus endommagés par les pas des visiteurs.

La Sardaigne compte encore aujourd’hui quelques oliviers de ce type, comme dans tout le pourtour méditerranéen. Il y a notamment celui de Luras, au nord de l’île, qui serait âgé de 4.000 ans. Mais les incendies de cette année ont eu raison de nombreuses oliveraies, ainsi que de pâturages, arbousiers, bruyères, etc. Un paysage parfois fantomatique qui rappelle les grands feux de forêt subis par l’île en 1994, restés gravés dans la mémoire des habitants. Ces derniers jours, plus de 20.0000 hectares de forêts et d’élevages sont partis en fumée.