Accueil Actu Soirmag

Voici pourquoi le 23 septembre est un jour propice à un pic annuel de natalité

Les démographes constatent le retour régulier de ce phénomène, et il y a une explication toute simple.

Temps de lecture: 2 min

Ce jeudi, il pourrait y avoir plus de naissances qu’à l’accoutumée. C’est en tout cas ce que disent les statistiques. En France, l’Institut national d’études démographiques (Ined) remarque ainsi que le 23 septembre, il y a en moyenne 5% de natalité en plus comparé au reste de l’année. En Belgique, certains 23 septembre se sont montrés particulièrement prolifiques (comme en 2008, 2014, 2010 et 2011). Pour les démographes, cela est parfaitement logique.

Bonne année et bon accouchement !

Si on retourne neuf mois en arrière, c’est-à-dire au moment de la conception, on trouve… les fêtes de fin d'année. Et manifestement, au Nouvel An, ça s’active ! Au-delà de cela, l’Ined émet deux hypothèses pour expliquer ce phénomène. Soit « les couples qui ne se protègent pas car ils souhaitent avoir des enfants sont peut-être plus nombreux à avoir des rapports sexuels ce soir-là », soit « il y a peut-être moins de vigilance contraceptive dans ce moment de festivité ». Autrement dit, après une bonne soirée où l’alcool a coulé à flot, il est peut-être plus facile d’oublier le préservatif ou la pilule. Le Parisien remarque d’ailleurs qu’un pic d’interruptions de grossesse a lieu en janvier-février.

Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Jusque dans les années 1970-80, c’est le mois de mai qui était synonyme de pic de natalité. Mais depuis, les nouveaux parents sont de plus en plus âgés lorsqu’ils ont leurs enfants et cela a manifestement eu un impact. « Il est possible que les couples, qui se lancent de plus en plus vieux dans un projet de bébé, cessent toute contraception en août, mais ne parviennent à concevoir que quatre mois plus tard », suppose Arnaud Régnier-Loilier, chercheur à l'Ined.

A noter aussi que le 23 septembre n’est pas toujours synonyme de baby-boom. Il existe des années où la règle ne se vérifie pas. En Belgique, le 23 septembre 2001 n’a ainsi vu naître que 197 enfants. Un chiffre beaucoup plus proche du record où il y a eu le moins de naissances ces 30 dernières années (148 naissances le 25 décembre 2020) que du record de pic de natalité (493 naissances le 1 juillet 1992).

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une