Tutelle de Britney Spears: son père brise le silence et dézingue les «conspirationnistes qui ne savent rien»

BelgaImage
BelgaImage

Après le frère, au tour du père de prendre la parole. Silencieux depuis le début de l’affaire, Jamie Spears a décidé de briser le silence et de s’exprimer pour le média people Page Six. Il revient sur la mise sous tutelle de sa fille, démarrée en 2008. Depuis plusieurs semaines, cette décision judiciaire prise en raison des troubles mentaux de Britney Spears fait les choux gras de la presse à scandale depuis que des fans de la chanteuse estiment que cette tutelle est abusive et qu’elle ne servirait qu’à tirer un avantage financier de la fortune de Britney Spears. Le hashtag #FreeBritney fait par ailleurs un tabac sur la toile alors que cette mise sous tutelle doit être réévaluée par la justice américaine le 19 août prochain.

>Le frère de Britney Spears s’exprime pour la première fois sur la tutelle de sa sœur : « Nous avons fait le bon choix »

Interviewé à ce sujet, le frère de Britney Spears avait confirmé que la famille « avait fait le bon choix » à ce sujet. Désormais, c’est donc Jamie Spears qui s’attaque aux « conspirationnistes qui ne savent rien ». Un tacle à destination des fans de la chanteuse qui demande « sa libération ». « Le monde n’a aucune idée de ce qui se passe. C’est à la justice californienne de décider ce qu’il y a de mieux pour ma fille, et à personne d’autre », rajoute le père de la star. La mise sous tutelle avait été décidée en 2008, soit un an après que les troubles mentaux de Britney Spears ont fait la Une de la presse people à la suite de cette frasque connue de tous : quand Britney Spears est entrée dans un salon de coiffure pour se raser le crâne.

>Les fans veulent « libérer » Britney Spears de sa tutelle, quitte à tomber dans le complotisme

Jusqu’en 2019, Jamie Spears était le gestionnaire de cette tutelle qui, d’après TMZ, servirait majoritairement à contrôler les dépenses de Britney Spears. Contraint d’abandonner ce poste pour des raisons de santé, le paternel a été remplacé par la manageuse de la vedette, Jodi Montgomery, qui a la charge des 59 millions de dollars estimés de Britney Spears, comme le note BFMTV. Le père de l’artiste, lui continue son explication :

« Je dois rendre compte au tribunal de chaque centime que je dépense chaque année. Comment diable pourrais-je voler quoi que ce soit ? J’aime ma fille. J’aime tous mes enfants. Mais ce sont nos affaires, c’est privé ».

Jamie Spears pointe aussi du doigt les méthodes utilisées par le réseau de fans qui demande la libération de la chanteuse de cette tutelle. « Certaines personnes sont harcelées ou font l’objet de menaces de mort. C’est horrible, nous ne voulons pas de ce genre de fans », établit-il. Le 19 août, la justice tranchera et les fans, s’ils peuvent continuer de manifester leur mécontentement, ne pourront plus rien y changer en cas de prolongation de cette mise sous tutelle. Pour l’heure, Britney Spears, elle, se fait muette à ce sujet.

 
  • Le tueur n’a laissé aucune chance à Xavier Baligant. «
Malchance
» ou assassinat
?

    Meurtre de Xavier Baligant: un mystérieux SMS pour résoudre ce cold case?

    Été 2011 : Xavier Baligant est tué sur une aire d’autoroute française. Depuis, les enquêteurs font chou blanc. L’avocat de la famille demande une nouvelle expertise du téléphone de la victime, le dernier message reçu pouvant être un rendez-vous avec son meurtrier.

  • Même soutenu par Barack Obama, Joe Biden n’enflamme pas les foules américaines... mais les rassure.

    Joe Biden: nouveau cap pour l’Amérique?

    En tête dans les sondages, le candidat démocrate semble bien placé à 90 jours de l’élection présidentielle du 3 novembre. Plus posé mais aussi plus fade que Donald Trump.

  • OUVERTURE 20200707 Frou-frou Seine-4853

    Christine Bravo: «Ma vie au fil de l’eau»

    Christine Bravo se raconte au fil de l’eau, à bord du « Frou-Frou », un bateau qu’elle a rénové et sur lequel elle organise des croisières thématiques. De nos envoyées spéciales à Paris, Sophie Lagesse (texte) et Ingrid Otto (photos).

Signé duBus
Signé Stéphane Bern