«Je ne suis pas allée à 'Koh-Lanta’ pour faire un concours de beauté»: critiquée sur son physique, Alexandra réagit

«Je ne suis pas allée à 'Koh-Lanta’ pour faire un concours de beauté»: critiquée sur son physique, Alexandra réagit
Capture d’écran TF1

« Difficile de croire que c’est la même personne », « Ce n’est pas la même que sur ‘Koh-Lanta’ », « Rien à voir avec ‘Koh-Lanta’ », « Plus de charme que sur ‘Koh-Lanta’ », etc. Sur le profil Instagram d’Alexandra, candidate de « Koh-Lanta : les 4 Terres » (dont le prochain épisode est diffusé ce vendredi soir), les remarques sur son physique ne s’arrêtent plus. Les internautes qui la suivent dans le jeu d’aventure ne la reconnaissent pas sur les photos postées sur Instagram. Coquette et féminine dans la vraie vie, Alexandra l’est évidemment beaucoup moins sur le camp, n’ayant pas d’accessoires pour de beauté à disposition, chose logique.

Mais la candidate de l’Est ne s’est pas laissée faire. Les critiques, elle les encaisse, les assume et y répond. « J’ai le droit d’être ‘belle’ sur Instagram et ‘moche’ sur Koh Lanta ou inversement », avait-elle écrit sur une de ses publications il y a quelques jours, interpellant ses abonnés : « Est-ce parce que je suis une fille que je suis jugée sur des trucs superficiels comme la beauté, le poids, le son de ma voix ou les poils ? ». Heureusement, la jeune femme a appris à prendre ses distances avec les critiques, et elle passe au-dessus.

Dans les colonnes du Parisien, elle est également revenue sur ces petites polémiques dues à sa participation à « Koh-Lanta ». « Je savais à quoi je ressemblais sans maquillage et j’avais conscience que ça ferait des remarques faciles », a-t-elle expliqué, énervée que « les filles soient toujours ciblées là-dessus (sur leur physique, ndlr) ». Maquillage ou pas maquillage, Alexandra ne participe pas à l’émission pour jouer la miss : « Je tiens à dire que je ne suis pas allée à ‘Koh-Lanta’ pour faire un concours de beauté… ou même de voix ! », a-t-elle conclu.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.