Harry et Meghan projettent de ne plus utiliser les réseaux sociaux

Harry et Meghan projettent de ne plus utiliser les réseaux sociaux
SIPAUSACOLLECTIONS

Le duc et la duchesse de Sussex avaient arrêté d’utiliser leur compte Instragram, où ils avaient accumulé plus de 10 millions d’abonnés, lorsqu’ils s’étaient officiellement mis en retrait de la famille royale, début avril 2020.

«Une source proche du couple a déclaré qu’ils n’avaient ‘pas prévu’ d’utiliser les réseaux sociaux pour leur nouvelle fondation Archewell et qu’il était 'très peu probable ' qu’ils reviennent sur les plateformes à titre personnel», a affirmé dimanche le Sunday Times.

Selon l’édition dominicale du journal, «le couple est désabusé par la 'haine ' qu’il a rencontrée sur les réseaux sociaux», ajoutant que Meghan s’était déjà confiée «sur l’expérience 'presque insurmontable ' des trolls sur Internet».

Meghan, personnalité la plus trollée en 2019

«On m’a dit qu’en 2019, j’étais la personne la plus trollée au monde, hommes et femmes» confondus, avait-t-elle déclaré dans le podcast «Teenager Therapy», évoquant le sentiment «d’isolement» et les conséquences «néfastes» des abus en ligne qu’elle avait subis alors qu’elle était enceinte de leur fils Archie.

La décision du couple intervient en plein questionnement autour de la propagation des discours haineux sur les réseaux sociaux, alors que Twitter a suspendu samedi «de façon permanente» le compte du président américain Donald Trump, face au «risque de nouvelles incitations à la violence».

Facebook et d’autres services comme Instagram, Snapchat ou Twitch ont, eux, suspendu pour une durée indéterminée le profil du locataire de la Maison Blanche, après les émeutes de ses partisans qui ont envahi mercredi le Capitole pendant plusieurs heures.

La reine Elizabeth II, son fils le prince Charles, son petit fils William et sa femme Kate, ainsi que d’autres membres de la famille royale britannique utilisent eux souvent Instragram, Twitter et Facebook pour promouvoir leurs activités officielles et caritatives.

AFP

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.