Interview de Lady Di: le journaliste Martin Bashir et la BBC s’excusent

Interview de Lady Di: le journaliste Martin Bashir et la BBC s’excusent
BelgaImage

Ce jeudi, un rapport a fait part des méthodes « trompeuses » utilisées par la BBC et son journaliste, Martin Bashir, pour obtenir une interview explosive de Lady Di en 1995. Quelques heures plus tard, M. Bashir a pris la parole pour s’excuser et s’est confié sur les torts dont il s’est rendu coupable, comme le fait savoir l’AFP. En parallèle, le directeur général de la BBC, Tim Davie, a lui aussi pris la parole.

« C’était une chose stupide à faire »

En 1995, Martin Bashir avait notamment trompé le frère de Diana avec des faux relevés de compte qui auraient montré que Lady Di était espionnée par la Cour. Cela avait amené le journaliste à être présenté à la mère d’Harry et William qui s’est ensuite montrée très critique vis-à-vis de la famille royale, notamment en déclarant qu’il y avait « trois personnes » dans son mariage, à savoir le fait que le prince Charles avait une relation avec Camilla Parker Bowles. L’interview a été vue par 23 millions de personnes.

« C’était une chose stupide à faire et c’est un acte que je regrette profondément », explique aujourd’hui Martin Bashir. Il tient toutefois à tempérer la situation en rappelant l’énorme impact qu’a eu l’interview de Diana sur la société britannique de l’époque. « Elle a ouvert la voie en abordant un si grand nombre de ces problèmes et c’est pourquoi je resterai toujours immensément fier de cette interview », précise-t-il.

Tim Davie a de son côté réagi par communiqué de presse où il dit « accepter les conclusions » du rapport sorti hier. « Bien que le rapport indique que Diana, princesse de Galles, était favorable à l’idée d’une interview avec la BBC, il est clair que le processus d’obtention de l’interview n’a pas été à la hauteur de ce que le public est en droit d’attendre. Nous en sommes vraiment désolés », déclare-t-il. Le prédécesseur de Tom Davie à la BBC, Tony Hall (qui était à l’époque directeur de la rédaction), s’est lui aussi excusé.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern