France : polémique autour d’un escape game proposant de « tuer » Emmanuel Macron

Belgaimage
Belgaimage

Bien qu’il existe déjà depuis un an à Toulouse, l’escape game ‘Arkanes’, créé par une ancienne ‘Gilet jaune’, a suscité la polémique suite à un article publié vendredi par la Dépêche du Midi. En cause ? L’une des propositions soumises aux joueurs, rapporte 7sur7. Le scénario du jeu est basé sur le kidnapping du président Emmanuel Macron.

Après différentes épreuves et énigmes à résoudre, liées aux polémiques entourant le chef d’Etat, trois propositions finales s’offrent aux joueurs : libérer le Président, le poursuivre en justice ou bien… le tuer. Et au moment de décider, dans la dernière salle, se trouve face à eux une représentation d’Emmanuel Macron, quelque peu maltraitée. « Il est un petit peu abîmé. Il y a du sang. Je ne pense pas que le message soit clairement ‘Kidnappez Manu et faites n’importe quoi avec le président.’ J’ai fait de l’ironie avec des choses qui sont factuelles et des choses qui me semblent parfois aberrantes », a tenté d’expliquer Camille, la gérante, suite aux polémiques suscitées par la troisième proposition.

« Le fait de proposer de le tuer, c’est plus un exutoire jouissif. Et il y a aussi un côté sociologique. Je ne le proposais pas au début. Depuis que je le propose, ils le choisissent d’eux-mêmes. Je pense que ça veut aussi dire quelque chose sur la légitimité du Président à un moment donné. En aucun cas on ne cherche à atteindre réellement mais plutôt symboliquement au Président de la République », a-t-elle ajouté lors d’une interview accordée à La Dépêche du Midi, en invoquant le droit à la satire.

Mais à cause de menaces de mort et de critiques virulentes reçues, la gérante pense modifier le scénario de son escape game, en remplaçant la mise à mort par une destitution.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern